18/05/2008

JESUS CAMP: A VOIR!

 jesus_camp2_1

Film américain de Heidi Ewing et Rachel Grady

 Je viens de voir ce film documentaire qui m'a franchement scié! 

 On nous rabache sans cesse les oreilles avec les islamistes qui viennent de se lancer dans leur ultime croisade au nom du prophète, mais on ne nous parle jamais de l'armée de dieu qui prend forme aux USA.

Là-bas, à la manière des fanatiques islamistes, les enfants évangélistes sont endoctrinés dès leur plus jeune âge pour leur montrer la voie de Dieu, la voie qui mène à l'anéantissement de leurs ennemi (les musulmans), la voie qui donnera encore plus de poids aux conservateurs lors des élections:

"Levi, 12 ans, Rachael, 9 ans et Tory, 10 ans, font partie d'une communauté évangélique du Missouri. Sous la direction de Becky Fischer, pasteur pour enfants, ils se rendent à un camp d'été alors que le débat fait rage aux Etats-Unis pour la nomination souhaitée par le Président Bush d'un juge ultra-conservateur à la Cour Suprême.

Au camp, des gamins de 6 à 15 ans s'entraînent à devenir l'Armée de Dieu. Ils apprennent à prêcher, à évangéliser autour d'eux, à refuser les manoeuvres de Satan, c'est-à-dire l'avortement et Harry Potter.

D'emblée, la prédicatrice Becky Fisher justifie l'endoctrinement des enfants, en expliquant avec un soupçon d'admiration dans la voix que "nos ennemis, les musulmans, entraînent leurs enfants à jeuner le mois du ramadan à partir de l'âge de cinq ans". Tory, une blondinette portant un t-shirt "My dad is in the army", exécute une chorégraphie britneyspearienne sur un air de heavy metal ; on se dit, l'espace d'un instant, que voici enfin une gamine qui se comporte comme toutes les gamines de son âge. Las ! Elle nous explique que ce qu'elle écoute, c'est du christian heavy metal (sic), et que là, elle ne danse pas "pour le plaisir de la chair"...

Ces enfants sont aussi effrayants que des Hitler Jugend ou des Komsomol, scandant "Righteous judges! Righteous judges!" quand Lou Engle, "prophète" d'une chaîne apostolique vient leur demander de soutenir le combat de Georges Bush pour nommer le juge ultra réactionnaire Samuel Alito à la Cour Suprême, et qu'il leur offre des poupées de foetus de six semaines. On cherche désespérément un trace d'enfance normale chez ces gosses, mais en vain ; quand Rachel joue au bowling, on la sent aux aguets, jusqu'à ce qu'elle aille offrir une brochure évangélique à une jeune fille. Quand un soir d'orage où les plombs ont sauté (ce qui montre l'inefficacité des prières de Becky Fisher qui avait chassé Satan des bancs, de l'électricité, de PowerPoint...) les enfants commencent à se raconter des histoires qui font peur, un mono avec la tête de Ned Flanders vient les culpabiliser en leur rappelant que les fantômes, ce n'est pas très chrétien...

Leurs familles ont dressé une muraille autour d'eux pour les empêcher de se mélanger aux enfants "normaux" ; comme plus d'un million d'enfants évangéliques, ils sont scolarisés à domicile, et le programme qui leur est imposé nie la théorie de l'évolution et le réchauffement climatique. Quand on les voit jouer à un jeu vidéo, il s'agit de Creation Adventure, un jeu antidarwinien. Et quand on parle d'un film, il s'agit d'un reportage sur des marines chrétiens en Irak, intitulé "Dieu les a emmenés à bon port".

La rhétorique employée fait en permanence appel à des métaphores guerrières : Army of God, reconquête de l'Amérique, les ennemis en Palestine... Quand elle revoit les images tournées au camp, Becky Fisher jubile en se disant que les libéraux vont se demander comment vont être ces enfants quand ils seront plus grands. Bonne question... A moins de se contenter du conseil que le télé-évangéliste Ted Haggard (qui a plongé depuis dans un scandale à base de prostitution masculine et de méthamphétamines) donne à Levi qui veut devenir prédicateur : "Sers toi de ton joli minois jusqu'à trente ans, après tu pourras avoir un propos".

Les réalisatrices se contentent d'enregistrer tout ça, d'autant plus qu'enfants et adultes donnent l'impression de n'avoir rien à cacher. Dommage qu'elles n'aient pas maintenu ce parti pris de simple témoignage, et qu'elles aient rajouté les commentaires de Mike Papantonio, animateur d'une radio chrétienne tolérante et partisane de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Ce contre-point était peut-être utile pour le public des Etats-Unis, qui comptent 224 millions de chrétiens sur 300 millions d'habitants. Pour nous, ou en tout cas pour moi, les images parlent d'elles-mêmes, et ce qu'elles nous racontent fait vraiment froid dans le dos. (résumé et critique de Cluny)

Franchement, ce film époustouflant est à voir. si vous êtes abonnés à Belgacom TV, vous pouvez le voir "à la demande" jusque mi-juin. Pour les autres, je suppose qu'il doit exister en DVD à la location.

 Une armée de cinglés à gauche, une armée de tarés à droite, heu...ils pourraient pas aller en découdre "par de l'autre côté"?

 le site du documentaire:

www.jesuscampthemovie.com 

 Pour vous mettre en appétit, quelques photos du film:

 jesus-camp1

ils manifestent à Washington contre l'avortement 

jesus-camp2

ils prient pour que cessent les avortements (la petite fille a un foetus en plastique dans sa main) 

jesus-camp3

 Celle-ci, pleurant de rage, en appelle au Lion de Juda pour les aider à vaincre les infidèles. Et rien à voir avec les rastafariens...

jesus-camp4

 Ted Haggard, télé-évangéliste de choc qui entre-temps a plongé dans une sordide affaire de prostitution masculine et de trafic de métamphétamines...

jesus-camp6

jesus-camp5

 

Enfin, sur ce, bon dimanche, buona domenica, god bless you et allah akbar... 

09:45 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : jesus camp evangelistes army of god becky fisher |  Facebook |