10/07/2008

CHAVEZ POUR LA VIE ET LA PAIX

 hugo-chavez

Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé qu'il avait eu un entretien téléphonique d'une demi-heure avec l'ex-otage Ingrid Betancourt mercredi sur la question des autres otages restés aux mains de la guérilla en Colombie.

M. Chavez a précisé qu'il avait exprime à la Franco-Colombienne libérée après plus de six ans de captivité l'espoir de pouvoir contribuer "en coordination avec elle" à la libération de tous les otages des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) et à des négociations de paix avec la guérilla.

Le chef de l'Etat vénézuélien avait joué un rôle de médiateur, qui avait abouti à la libération en janvier et février derniers de six otages dits "politiques" des Farc, dont Clara Rojas, la directrice de campagne de Betancourt pour l'élection présidentielle colombienne au moment de leur enlèvement en février 2002.

Ingrid Betancourt a été libérée le 2 juillet par l'armée colombienne de même que trois Américains et onze Colombiens.

"Cela m'a fait grand plaisir de parler avec elle et de lui souhaiter longue vie", a déclaré Chavez.

"Elle m'a demandé de continuer à lutter pour les autres otages en coordination avec elle", a expliqué le président qui a dit avoir proposé d'aider à des négociations de paix en Colombie entre gouvernement et guérilla.

"L'heure est venue pour la Colombie de parler non pas de guerre ou de mort, mais de vie et de paix", a-t-il estimé.

(afp/7sur7)

10:10 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : chavez farc colombie betancourt |  Facebook |

09/07/2008

ET LA LIBERTE DE PENSER...CC?

 arrestation-sp21

Le 5 juin, la Belgique était tirée du sommeil par une nouvelle « alerte terroriste ». Quelques personnes avaient été réveillées un peu plus tôt. A 5h, des unités « anti-terroristes » débarquaient chez Wahoub Fayoumi, Pierre Carette, Betrand Sassoye, Virgine D. (relâchée le soir même) et Constant Hormans pour les appréhender et perquisitionner chez eux. Abdallah Ibrahim Abdallah, lui aussi recherché, se rendit de lui-même au commissariat. Le 6 juin, c'était au tour de Jean-François Legros d'être interpellé.

Des arrestations sans convocation préalable, menées par des policiers cagoulés, armés et n'hésitant pas à braquer leurs armes sur des mineurs. PC, GSM et quantité de documents saisis. Ecoutes téléphoniques, surveillance des déplacements et des comptes bancaires. Des « suspects » transportés, sirènes hurlantes, visage masqué et menottes aux poings vers un lieu secret, sans possibilité de contact avec leurs proches ni avec des avocats, soumis à un régime de détention spécial... Ces méthodes laissaient entendre que de dangereux individus auraient été interceptés.

Au compte-gouttes, le Parquet fédéral divulgua des « informations » dont le relais médiatique suscita des interprétations délirantes, nourries d'amalgames, d'anachronismes, de sensationnalisme et de fantasmes. Il fût ainsi question de deux anciens membres des CCC qui n'auraient pas respecté leurs conditions de libération et auraient eu l'intention de se reformer ou de « replonger dans le terrorisme » via une organisation italienne - qui n'existe pas en tant que telle et qui n'a fait l'objet d'aucune condamnation (c'est l'hypothétique intention de créer cette organisation qui est à l'instruction en Italie). Le scénario de tous les dangers fut entretenu par les descriptions des autres personnes interpellées : deux redoutables « grands bandits » et un mystérieux « Libanais », une journaliste présentée par pure spéculation comme la compagne de Carette. Selon l'hypothèse du Parquet fédéral, des explosifs auraient été retrouvés dans la « planque » de Sassoye ; une réunion aurait rassemblé les « suspects » et des « terroristes » italiens ; la justice italienne aurait transmis des écoutes téléphoniques compromettant les militants belges ; des courriels émis par Sassoye étaient cryptés...

Mais ces « preuves » ne résistent pas à l'analyse. Et les pièces du « dossier terroriste » s'écroulent les unes après les autres...

Les CCC n'existent plus depuis 1986. Les faits et gestes de leurs ex-militants sont connus de tous, notamment de leurs agents de probation qui n'ont jamais signalé de contravention à leurs conditions de libération. Carette, mis dans le même panier que Sassoye pour créer l'amalgame « CCC », n'est en fait pas lié à l'enquête qui a suscité les arrestations. Il a d'ailleurs été libéré ce 18 juin par le tribunal d'application des peines.

Les « explosifs » trouvés lors de la perquisition à la brasserie où travaille Sassoye n'étaient que de simples feux d'artifice achetés pour une fête de mariage.

La « réunion » où certains inculpés auraient rencontré des « terroristes » italiens s'est avérée une conférence publique dans un café du centre-ville dont la vidéo a  été postée par ses organisateurs sur Internet.

Les écoutes téléphoniques italiennes relatives aux militants belges semblent en réalité n'avoir jamais existé : la justice italienne a seulement transmis des comptes rendus « d'écoutes d'environnement » dans un café, où sont évoqués des « flamands efficaces » sans aucun nom cité. Aucun des arrêtés de juin n'est d'ailleurs néerlandophone.

Quant au cryptage des courriels, il s'agit d'un procédé non seulement légal, mais aussi conseillé face au piratage et pratiqué par des banques, des ONG...

Il apparaît que les données rassemblées et la surveillance intrusive effectuée pendant un an grâce aux « méthodes particulières de recherche » n'ont pas révélé un seul élément justifiant cette opération musclée. Rien, si ce n'est quatre photos d'identité retrouvées sous des salades en Italie. Rien qui légitime arrestation ou détention préventive : une simple convocation par la juge aurait suffi.

C'est d'ailleurs ce qu'a confirmé la Chambre du conseil le 11 juin et la chambre des mises en accusation le 26 juin en décidant de libérer trois des quatre inculpés. Mais par l'acharnement du Parquet, qui  « veut donner une chance à l'enquête » (sic), quatre personnes restent poursuivies et l'une d'entre elle (Sassoye) est toujours incarcérée. Toute ressemblance avec l'affaire DHKP-C - qui malgré les acquittements se voit repartie pour être jugée une quatrième fois - est purement fortuite...

La question n'est pas de se positionner par rapport aux idées défendues par ces cinq personnes. Leur organisation (Secours Rouge) développe des activités publiques et légales de solidarité avec des victimes de la répression politique. Leur démarche s'inscrit dans une optique marxiste mais, jusqu'à nouvel ordre, cela n'est pas (encore) illicite dans un Etat de droit.

Nous ne pouvons accepter la répression de ces militants en raison de leurs seules idées et sympathies, pas plus que le message adressé à la population sur leur dos. La justice n'a rien à leur reprocher, si ce n'est des « délits » d'opinion, de solidarité et d'association, institués par les lois anti-terroristes en vigueur depuis 2003, alors que la Constitution et les conventions internationales garantissent ces droits fondamentaux.

Il serait aussi trop facile de se désintéresser du sort des « cinq solidaires » sous prétexte du passé judiciaire de certains. Ils ont été jugés et la justice ne revient pas sur la chose jugée. Ressortir leur passé aujourd'hui n'a d'autre objectif que d'effrayer la population autour d'un scénario monté de toutes pièces par le Parquet fédéral.

Il faut arrêter cette nouvelle mise en scène menée au nom de la « lutte anti-terroriste ». On se rappellera que, jusqu'ici, toutes les menaces invoquées à ce titre se sont révélées inconsistantes (la dernière en date étant l'alerte de niveau 4 qui a perturbé les fêtes de fin d'année). Les premières affaires montrent que le Parquet a d'abord essayé d'asseoir la légitimité de ces dispositifs en s'attaquant à des figures supposées moins populaires : communistes, étrangers, musulmans ou anciens auteurs de faits d'armes. S'agirait-il d'inquiéter la population pour mieux pouvoir la rassurer ensuite et justifier les dispositifs non démocratiques et les budgets colossaux déployés au nom du contrôle des populations et de la guerre au terrorisme ?

Les lois anti-terroristes sont des lois d'exception, liberticides. Elles permettent de criminaliser l'opinion politique, le militantisme et la solidarité. De plus, elles sont superflues : les actes qu'elles sont censées réprimer le sont déjà par d'autres dispositions du droit pénal. Ces lois sont dangereuses et produisent des effets néfastes, actuellement bien plus que les prétendues menaces terroristes. Si nous ne réagissons pas, ce sera demain n'importe quelle organisation politique, syndicale, non gouvernementale ou alter mondialiste, n'importe quel citoyen engagé ou ayant simplement parlé au cousin de la belle-sœur de l'oncle d'un suspect lointain qui pourra être surveillé, qualifié de terroriste et arrêté.

source : La Libre Belgique 

terrorisme

 

10:42 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

08/07/2008

VLAANDEREN VLAAMSCH!

 www.vlaamsch.be

VLAANDEREN VLAAMSCH!

In Vlaanderen spreekt men uiteraard Vlaams.
Bedrijven die een niet-Vlaamse naam hanteren dienen zich dus ook aan te passen.
Dit om een EENtalig straatbeeld te bekomen.
Volgende bedrijven hebben de boodschap begrepen en gaan binnenkort hun naam veranderen.
k01k02
k03k04
k05k06
k07k08
k09k11
k12k13
k14k15
k16
Cette note d'humour (in vlaanderen gemaakt) fait suite à certaines directives stupides et flamingantes (oups, un lapsus!) qui obligent les flamands à parler flamand, penser flamand et rêver en flamand. Ces mêmes directives obligent tous ceux qui se trouvent sur le territoire flamand à faire de même...jusqu'à dénoncer leur voisin qui aurait l'audace de parler une autre langue dans son jardin!
Pour l'instant, c'est de l'humour...
Mais demain???

21:39 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vlaanderen vlaamsch |  Facebook |

DJ DU MRTL-TVI ET LA TVA HORECA...pfff!

 vishnou

Apparement, ce brave DJ Reynders (celui qui parle à l'oreille des riches...) a une vision bien spécifique des besoins de la population:

En effet, il trouve normal qu'une baisse de la TVA soit appliquée dans le secteur horeca, alors qu'une baisse de la TVA sur les produits de première nécéssité tels l'eau, les matières premières alimentaires, le gaz, le mazout et l'électricité est absolument à exclure...

On pense à se chauffer et à s'alimenter avant d'aller faire la bringue au resto, non? Quoiqu'une baisse de la TVA horeca profiterait à tout le monde et il serait stupide de s'y opposer...mais qu'attend la population?

Pourquoi 2 poids 2 mesures??? Parce que dans le secteur horeca, on trouve beaucoup d'électeurs du MR? Parce qu'une baisse de la TVA dans l'horeca ne coûterait pas grand chose à l'état? (c'est lui qui l'a dit!).

Mais à part devenir premier ministre, à quoi s'intéresse t-il?

Le MR, parti des rupins et des profiteurs, vous ment lorsqu'il dit qu'il s'intéresse aux gens et à leurs problèmes...le MR est bien le parti des exploiteurs...pensez-y aux prochaines élections.

13:03 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/07/2008

FRP 2008 OUTREWARCHE

comme promis voici les premières photos du camp.

Ces photos ont été prises avec mon gsm, because mon appareil photo était en panne.

ABCD0003

 ABCD0004

ABCD0005

 ABCD0002

ABCD0001

à 10 km du camp, le Signal de Botrange.

09:27 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : frp 2008 outrewarche |  Facebook |

04/07/2008

FAUCONS ROUGES 2008

faucon_rouge
 

Ce soir, la caravane des monteurs rejoint Outrewarche (Robertville) afin de monter le camp 2008. Donc vous l'aurez compris: le blog est "off" jusque dimanche...

 outrewarche

Lundi, les premières photos...Clin d'oeil

Bon vikène à toutes et tous!

18:07 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

01/07/2008

OTAN EN EMPORTE ...

Le Ministre Pieter De Crem veut rajeunir le cadre de notre "onze lieve leger", afin de pouvoir être aux premières lignes des grands conflits mondiaux, si chers à nos amis américains.

La question est:

SOMMES-NOUS PRÊTS???

armée1

 

armée2

En tout cas, ils doivent être moins dangereux que les paras français...

16:46 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Y A COMME UN FLAIR...

On peut pas se mettre la main devant...le 1er juillet ça sent les vacances!

Deux mois de matins calmes dans le centre-ville, deux mois de circulation fluide, deux mois d'emmerdeurs à Agadir ou Blankenberge...ça c'est un peu de bonheur et ça fait du bien!

Quoi qu'il en soit, je vous souhaite de passer de bons moments, en famille, entre amis ou au club Med.

bonnes vacances

09:49 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

30/06/2008

MANIF DU 27 JUIN A SEDAN

Le CSIR, le conseil syndical inter-régional de Champagne Ardenne Charleroi Namur Neufchâteau, a organisé un rassemblement/barbecue avec pour thème "la défense des services publics"

Rassemblant près de 300 syndicalistes, originaires de part et d'autre de la frontière franco-belge, de la CGT, FO, FGTB, CSC, CFDT, et surtout la CGSP (tous secteurs confondus) qui était majoritaire, à plus de 70% des participants, dont une vingtaine de cheminot(e)s.

Et donc, ce vendredi (très humide) du 27 juin 2008, les responsables confédéraux belge et français ont pris la parole, suivis de la Présidente au nom du CSIR. Un barbecue a suivi ces interventions, donc au point frontière "La Chapelle" situé entre Bouillon et Sedan; au menu, saucisses, merguez, brochettes et .....barrage filtrant avec distribution de tracts.

 csir 27 juin 1

 Tiens, on en reconnaît (au moins) trois...

csir 27 juin 2

 Barrage filtrant...en toute sympathie.

csir 27 juin 3

Francis Wégimont, Secrétaire Général IRW/CGSP

csir 27 juin 4

csir 27 juin 5

csir 27 juin 6


 

Les Services Publics font partie intégrante de notre quotidien, ils nous accompagnent tout au long de notre vie. Bien souvent, cependant, l'usager oublie que derrière l'organisation de ces services, existe un modèle de société, qui tente de donner tout son sens à la solidarité et à l'égalité.

Les Services Publics permettent à tous les Citoyens, sans distinction de genre, d'origine, de revenus, de croyance, de satisfaire leurs droits fondamentaux que sont, à titre d'exemples, le droit à la santé, au logement, à l'instruction, à la culture, aux transports, aux télécommunications, à l'énergie.
Ces droits fondent la dignité humaine et participent à l'exercice effectif de la citoyenneté.
Plaider pour la promotion et le développement de Services Publics de qualité, dotés de moyens humains et matériels, correspondant aux besoins croissant des citoyens, n'est pas un combat d'arrière garde. Bien au contraire! Il s'agit d'une revendication progressiste, humaniste et, plus fondamentalement encore, d'une exigence.
Bien que faisant partie du modèle social de plusieurs États-membres, il faut déplorer que les Services Publics ne soient pas un élément constitutif du modèle social européen, qui n'a de cesse que de délégitimer le pouvoir public et de démanteler les droits collectifs.
La pratique communautaire leur substitue des concepts flous de "services d'intérêt économique général" et de "services d'intérêt général", qui ne sont pas l'équivalent de la notion de Service Public.
C'est la raison pour laquelle il est important de rappeler que les Services Publics sont plus et mieux que "les services d'intérêt (économique) général".
- Plus, car les Services Publics englobent tous les services indispensables pour mener une vie conforme à la dignité humaine.
- Mieux, car ils sont, par l'organisation de la solidarité, autre chose qu'un simple palliatif aux insuffisance du marché.
Voilà pourquoi, l'Europe que nous voulons a besoin d'une politique volontariste en matière de Services Publics!

13:59 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

E VIVA...

espana

10:15 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

26/06/2008

A GAUCHE TOUTE?

 actuga3

Il y a quelques semaines, l'Empereur de tous les Wallons a déclaré dans une interview que le PS allait se "repositionner" à gauche pour les élections de 2009...

Il voulait rassurer ainsi les gauchistes de la base (sa base!) affiliés au PS, et pourquoi pas, les écolos rouges, les libéraux de gauche et le MOC...

En tout cas, je voterai à gauche!

11:18 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

25/06/2008

MATIN BRUN

A LIRE ABSOLUMENT!

matin_20brun-2

Nouvelle de Franck Pavloff, recommandée par Obélix, oups! pardon, par Le Grand Sénéchal himself.

Cliquez sur la couverture pour pouvoir lire l'ouvrage en pdf. C'est assez court donc n'hésitez pas!

Bonne lecture...et méditez.

10:01 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : matin brun pavloff |  Facebook |

24/06/2008

TEMPUS FUGIT II (the grudge)

MAIS QUI VOILA?????
 
Le Grand Sénéchal_copy

 oui, c'est bas et mesquin...
mais tellement drôle! 

21:20 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : the grudge la grand senechal et vive le sirop d orgeat |  Facebook |

TEMPUS FUGIT...

SPARTAK BIREWAMAWA

SAISON 1993-1994

spartak 93-94

En haut: Manu, Gregg, Joël, Jérôme, David (arbitre)

En bas: Luigi, Boris, Dany, Fred

Jérôme vient de me renvoyer cette photo, que j'avais aussi mais impossible à retrouver dans mon brol...

Les premiers moments d'émotion passés, plusieurs réflexions me viennent à l'esprit:

- "le temps passé est derrière nous": je ne retrouverai jamais mes 70 kg. Tant pis. Ah tiens...j'avais le front plus petit à ce moment là...bizarre!

- Aucun d'entre-nous n'a vraiment mal tourné. Je dis "vraiment" parce que certains ont connu des passages difficiles mais depuis tout est rentré dans l'ordre. Comme disait Brassens: "chacun sa bonbonne et courage!".

- Nous sommes encore TOUS VIVANTS, et ça c'est génial. En 15 ans nous avons tous perdus des parents (plus vieux...) mais malheureusement nous avons vu partir quelques boîtes (trop) avec nos potes dedans.

Un petit tour au cimetière de temps en temps nous rappelle qu'il faut profiter du moment présent et que personne n'est invincible.

Voilà, c'était la minute nostalgique de Gregg...

Il fait bon aujourd'hui. Enjoy...

08:50 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |

20/06/2008

TOUCHE PAS A MON INDEX!

 COMMUNIQUE

cgsp-fgtb

La proposition de Monsieur Guy Quaden d'alléger l'index sur les gros salaires n'engage que le Gouverneur et est inacceptable pour la FGTB.

doigt

D'une part, contrairement à ses attentes, la proposition ne constitue pas une réponse aux problèmes de pouvoir d'achat des bas et des moyens revenus. Ceux-ci ne recevraient pas un euro supplémentaire par cette opération.

D'autre part, avec cette option, le risque d’instaurer une politique à deux vitesses deviendrait bien réel. Ainsi, la proposition est dangereuse car elle ignore le mécanisme de solidarité: l’indexation ne permet pas uniquement d’adapter les salaires, elle a aussi un impact sur les cotisations personnelles et patronales à la sécurité sociale. Une indexation plus faible des gros salaires signifierait de plus faibles cotisations pour les caisses de la sécurité sociale.

En outre, pourquoi les gros salaires continueraient-ils à cotiser à la sécurité sociale s’ils ne sont plus indexés? Et comment motiver des citoyens à participer à un système qui ne leur apporte plus grand-chose...?
Enfin, la piste proposée ne résout pas le fond du problème, à savoir la cause de l’inflation. Pour la FGTB, le fait que l'inflation est plus élevée chez nous que dans les pays voisins est en grande partie dû à une augmentation plus forte des prix de l’énergie en Belgique.

La FGTB ne tolèrera pas que l’on touche à notre système d’indexation. Le Premier-Ministre ne dit d'ailleurs pas autre chose dans son message à la Chambre hier, rappelant ainsi à l’ordre le ministre des Finances, Didier Reynders, qui aurait fait une ouverture dans ce sens au niveau européen. La FGTB en appelle à ce que le Gouvernement défende notre indexation sans ambiguïté, à quelque niveau que ce soit, belge ou international.

Pour conclure, la FGTB tient à relever les propos de Monsieur Quaden, pour qui les salaires ne sont pas responsables de l'inflation.

Selon la FGTB, les réponses à apporter à l'augmentation des prix sont d’ordre fiscal. Nous pensons à la baisse de la TVA sur le gaz, l'électricité et le mazout à charge des secteurs, à l'intervention domicile-lieu de travail à charge des employeurs, et à une baisse d'impôt ciblée sur les bas et moyens revenus. Ces propositions concrètes ont d'ailleurs été scandées par quelque 100.000 manifestants en front commun à travers toute la Belgique ces 9, 10, 11 et 12 juin derniers.

manif

10:14 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

18/06/2008

LA LETTRE DE WAHOUB FAYOUMI

prison

Je suis journaliste. Mais ce n'est pas pour ça que j'écris aujourd'hui. Ce texte est mon témoignage. Quelque chose d'immense et d'effrayant m'est arrivé, il y a plus d'une semaine.

C'était jeudi. Le 5 juin, c'est l'anniversaire de mon compagnon. A 5h00 du matin, on frappe à la porte. Je dormais encore, je m'habille vite, ça a l'air important. Lorsque j'ouvre, je vois des policiers dans la cage d'escalier. Il y en a beaucoup. Je pense à un cambriolage. On me dit que c'est pour une perquisition. Chez moi ? « Vous venez chez moi ? » je dis. Oui. Je leur demande pourquoi. « On ne sait pas. On a juste un mandat. » Ils entrent. « Vous êtes seule ? Vous êtes sûres ? » Ils sont 6 ou 7. Ce n'est pas normal. « Que ce passe-t-il ? » je dis. Sur le papier, il y a écrit « terrorisme », « urgence ». « Vous êtes privée de liberté, madame. » On ne réalise rien à ce moment-là. On ne comprend simplement pas les mots. La tête tourne. Ils fouillent. Tout. La cuisine, la salle de bain, mes vêtements, mes livres. Ils mettent des choses de côté, ils disent « on saisit ». ça dure 3 heures. Ils prennent les ordinateurs, des affiches, des livres, un bouquin en arabe. Je leur dit « je dois aller au travail. » « Je ne pense pas que ce soit possible. » Je voudrais téléphoner, mon GSM est déjà saisi. Mon équipe attendra à Reyers, mon compagnon aussi, je ne verrai pas mon frère qui prépare un voyage de plus d'un an en Espagne et au Mali. Personne ne saura où je suis aujourd'hui.

« Au bureau » comme ils disent, c'est l'interrogatoire. Des questions sur mon nom, mon âge, mon loyer, mon numéro de carte de banque, mes opinions politiques, mes amis. Des heures passent, je commence à trembler. Aux questions auxquelles je réponds « je ne sais pas », ils insistent. Avant de comprendre ce qu'ils veulent. Le choc se diffuse lentement, à chaque question. C'est l'après-midi. J'aperçois des hommes cagoulés, armés. Ils viendront me chercher. Il doit être 17 ou 18 heures. Je suis menottée, attachée par une corde que tiennent deux hommes. Je suis masquée, je ne peux rien voir. Trajet en voiture. Sirènes hurlantes, escorte. Arrivée au Palais de Justice. Des couloirs, des ascenseurs, je ne vois rien. On s'arrête. Un homme m'enlève les menottes, mains sur la tête ; un autre, le masque. Je suis face à un mur gris. Une porte se ferme. Je n'ai vu personne. Je n'ai rien vu à part cette porte grise qui s'est fermée, grise comme les murs, comme le rebord en béton. Les murs lisses, affreusement lisses. Il n'y a aucune ouverture. J'ai l'impression d'étouffer. Envie de taper sur ces murs lisses. Je ne dois pas pleurer. Personne ne m'a dit un mot. J'attends. Des heures. 20h ? 22h ? Interrogatoire chez la juge d'instruction. « Vous n'avez pas tout dit ». Un cauchemar qui se poursuit. Je ne sais pas où j'ai mal. Ça va s'arrêter, j'en suis sûre. Je pleure quand elle parle de ma famille. C'en est trop.

A nouveau le cachot. Ma tête est raide. Je m'allonge sur le rebord en béton. Quelle heure est-il ? Est-ce que le temps s'allonge ou se rétrécit ? On reviendra me chercher. Chez la juge, dans ce bureau allumé au fond d'un couloir. « J'ai hésité » elle dit. Alors je sais. Sur mon mandat d'arrêt, il est 2h30.

C'était il y a une semaine et quatre jours. Beaucoup de choses à dire sur le mandat d'arrêt, sur l'inculpation, sur les méthodes.

Des méthodes de cowboys, des interrogatoires où on renverse la charge de la preuve. On m'a épié, surveillée, mise sur écoute, analysé mes comptes bancaires et mon écriture, depuis plus d'un an. Attendait-on de moi que je conforte une hypothèse de départ ? Que je donne des noms qui alimenteraient leur idée ? Leur enquête est restée désespérément vide. Est-ce pour cela que je suis en prison ? Sommes-nous là parce qu'il DOIT y avoir quelque chose ? Il suffirait alors de bien peu : d'affirmer des solidarités, d'avoir des idées politiques. Je l'ai entendu à notre charge, ces idées politiques ont été présentées comme en soi terroristes !

Je n'ai jamais caché mon engagement. Il est public, libre et réfléchi. Défendre des étudiants, des sans-papiers, des prisonniers politiques, se battre pour un monde plus juste, ce ne sont pas des engagements dont on doit avoir honte. Si je n'avais pas été ici, j'aurais été devant ces prisons, j'aurais écrit des communiqués, j'aurais contacté des associations.

La souffrance de ma mère et de mes frères, la solitude de mon compagnon, la tristesse de mes amis, l'incompréhension sur mon lieu de travail, la privation de liberté de quatre militants, la criminalisation de la solidarité, sont-ils des prix à payer ?

Wahoub

Prison de Berkendael

________________________________

Si être de gauche, être militant de gauche, connaître des anciens membres des CCC (dissoutes il y a plus de 20 ans...) et avoir envie de changer la société font de quelqu'un un terrosiste présumé, alors qu'on vienne m'arrêter tout aussi arbitrairement et violemment.

Celui qui se complait dans cette société de merde n'ouvre sa gueule que pour "dénoncer" et regarder ses voisins se faire embarquer.

Pendant ce temps, des ordures continuent de faire ouvertement l'apologie des idées d'extrême-droite (fn, nation, blood & honour, etc.), et ce en quasi impunité.

14:23 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : wahoub fayoumi lettre berkendael arbitraire violence |  Facebook |

BHV: IMPOSSIBLE

bhv2

Copyright Gregg Le Rouge 2008

09:41 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2008

LA LEGENDE PREND VIE...

couloir soignes
 

Copyright Gregg Le Rouge 2008

10:27 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : couloir soignes bhv flaminds nin contints |  Facebook |

16/06/2008

CHOISIS LA VIE...

choose
Choisir la vie, choisir un boulot, choisir une carrière,choisir une famille,choisir une putain de télé à la con, choisir une machine a laver, choisir une bagnole, des platines laser et des ouvre-boites électroniques, choisir la santé, un faible taux de cholestérol et une bonne mutuelle, choisir un prêt a taux fixe, choisir son petit pavillon, choisir ses amis, choisir son survet' et le sac qui va avec, choisir son canapé avec les 2 fauteuil le tout à crédit avec des tissus de merde, choisir de bricoler le dimanche matin en s'intéressant sur le sens de sa vie, choisir de s'affoler sur ce putain de canapé et se lobotomiser, choisir de pourrir à l'hospice et d'finir en ce pissant dessus dans la misère en réalisant qu'on fait honte au enfants niqués de la tête qu'on a pondu pour qu'ils prennent le relais, choisir son avenir, choisir la vie...
Tiré de l'excellent film "Trainspotting".
A voir absolument...
logo_front

15:32 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

11/06/2008

MONS 10 JUIN 2008: THE RISING...

affiche manif

manif mons 10 juin


Sur cette photo, prise par Monsieur Figaro, l'insolent de service (http://linsolent.skynetblogs.be), on peut voir:

à gauche (drapeau cgsp): Pipo, Michel et Marc;

à droite (drapeau cgsp centre): moi-même.

"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu."

Bertold Brecht.

 

15:41 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : cgsp mons 10 juin centre fgtb manif binche admi |  Facebook |

09/06/2008

SOUTIEN AUX PRISONNIERS POLITIQUES

Ce samedi 7 juin, quelques centaines de personnes ont répondu positivement à l'appel lancé par Secours Rouge, en soutien aux prisonniers politiques détenus arbitrairement.

Une manifestation s'est donc tenue devant la prison de Berkendael, dans le calme et la dignité. Une bonne occasion pour rappeler qu'il n'y a pas qu'en Amérique Latine qu'on vous enferme à cause de vos idées...

résister2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

résister

13:45 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : secours rouge arbitraire manif berkendael |  Facebook |

06/06/2008

 

 ccc

Le parquet de Bruxelles a confirmé jeudi l'arrestation mercredi de Pierre Carette et de Bertrand Sassoye. Ils ont été arrêtés pour ne pas avoir respecté les conditions de leur libération conditionnelle, a expliqué jeudi le porte-parole du parquet.

carette sassoye

Ils avaient été les deux derniers des quatre membres des CCC à bénéficier d'une libération conditionnelle. Pierre Carette avait été le dernier à être libéré en 2003.

Les quatre membres des CCC ont été condamnés en 1988 à la perpétuité par la cour d'assises du Brabant pour une vingtaine d'attentats commis en Belgique. Un de ces attentats, le 1er mai 1985 contre l'immeuble de la Fédération des Entreprises de Belgique, à Bruxelles, a coûté la vie à deux pompiers. Les quatre membres des CCC ont été arrêtés en 1985 à Namur.

Les Cellules Communistes Combattantes, mieux connues sous le sigle des CCC, ont régulièrement fait la "une" des journaux belges dans les années 1984 et 1985. Elles ont revendiqué une trentaine d'attentats commis en Belgique durant ces deux années.

La série d'attentats des CCC a débuté le 2 octobre 1984 à Evere. Le premier attentat visait deux firmes dépendant du groupe "Litton Industries".

Les explosions se sont alors succédé à un rythme accéléré, visant tant l'OTAN que des firmes travaillant pour l'Organisation de l'Atlantique Nord. Les cibles américaines, des objectifs politiques, militaires, ainsi que des banques et d'autres objectifs économiques sont pris pour cibles par les CCC.

Le 1er mai 1985, un des attentats des CCC tourne au drame. Il coûte la vie à deux pompiers et en blesse trois autres. Au cours d'un autre attentat visant le siège de la BBL à Etterbeek, un des terroristes a également tiré à la mitraillette en direction d'un agent de la firme Securitas, qui a été blessé au bras.

La série d'attentats s'est clôturée le 6 décembre 1985 par une attaque contre un pipe-line de l'OTAN à Wortegem-Petegem (Deinze). Dix jours plus tard, Pierre Carette et ses compagnons d'arme étaient arrêtés à Namur.

Ils ont été arrêtés pour ne pas avoir respecté les conditions de leur libération conditionnelle: ils ont violé l'article 70 de la loi du 17 mai 2006, a précisé le parquet de Bruxelles. Il n'a pas voulu dire quelles conditions fixées à leur libération n'ont pas été respectées.

Ils ne l'ont pas dit parce qu'ils n'ont rien de concret...soi-disant Carette avait de nouveau des contacts avec Sassoye. Et quand bien même...

Que cherche t-on à faire? nous faire croire à une menace terroriste sanguinaire de la part des méchants rouges?

Bertrand Sassoye serait en contact avec des terroristes italiens...et alors? si je bois un verre avec des mafieux, dois-je m'attendre à me faire arrêter?

Ou alors on cherche encore à détourner l'attention du bon peuple...soyons vigilants!

11:01 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

05/06/2008

POUR UNE ECONOMIE POSITIVE!

 cafetera

Le commerce équitable, qu’est-ce que c’est ?

Les initiatives de commerce équitable suivent deux grands principes :

Ne pas faire du commerce avec n’importe qui :

Un produit équitable provient d’organisations de petits producteurs contrôlées démocratiquement et qui contribuent au développement économique et social de leurs membres et de leur communauté. Il provient également d’entreprises socialement orientées qui respectent les droits fondamentaux des travailleurs (convention de base de l’OIT)et répercutent les avantages du commerce équitable sur leurs employés. 

Ne pas faire du commerce n’importe comment :

La marque qui commercialise les produits équitables doit respecter certaines règles :

- Payer un prix équitable : ce prix doit permettre aux producteurs de couvrir leurs coûts de production et de satisfaire leurs besoins fondamentaux ;

- Offrir aux producteurs la possibilité de payer 50% du montant de la commande à l’avance. Ceci leur permet de ne pas trop s’endetter pour démarrer leur production ;

- S’engager dans une relation à long terme. Pour permettre au producteur une planification de son développement et lui assurer un certaine sécurité d’existence.

havelaar

En savoir plus :

  www.fairtradecentre.be : plusieurs explications intéressantes sur le commerce équitable.

  
www.mondequibouge.be : un article sur le commerce équitable intitulé "Commerce équitable et durable" ;

  
www.info-durable.be : un article sur le commerce équitable intitulé "Un équilibre Nord - Sud".

14:38 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : commerce equitable economie positive |  Facebook |

04/06/2008

LES CHAISES VIDES...

On vient de m'envoyer cette photo, trouvée sur un blog "f-haine", et dont la légende est:

REUNION DU FN DU HAINAUT

réunion fn

Je trouve cette photo assez rassurante...pas vous?

H_mort_de_rire_gif

 Allez, c'est pour rire (mais authentique!)

15:45 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

02/06/2008

WELCOME TO FRONTIER CITY...

 ...ou "quand la propriété rend fou, Vol II".

frontiercitylogo

Cette fois, le drame a heureusement été évité de justesse. D'autres n'ont pas eu cette chance par le passé...

Mais merde! Qu'est-ce qui peut bien pousser ces connards à en arriver là? Comme disait le regretté Ray Coumans: "tu donnes un morceau de terrain à un type, la première chose qu'il fait c'est y mettre une clôture!".

Après son interpellation, le John Wayne de Fexhe a déclaré "je ne sais pas ce qu'il m'a pris!"

Reste à voir maintenant ce qu'il va prendre...

L'article de presse:

Un ex-notaire a ouvert le feu, samedi après-midi, en direction d’un couple de sourds-muets qui tentaient de demander leur chemin. 4 balles se sont logées dans leur monospace VW, la 5e a crevé un pneu. Trois jeunes enfants se trouvaient dans la voiture.

Un ancien notaire a fait feu samedi sur un couple de sourds-muets qu’il avait pris pour des cambrioleurs à Fexhe-le-Haut-Clocher.

Le couple devait conduire ses trois enfants à une fête organisée au bowling de Crisnée, mais s’est perdu en chemin. Il s’est arrêté chaussée verte à Fexhe-le-Haut-Clocher et s’est dirigé vers un homme à l’entrée d’une propriété. Il s’agissait de l’ancien notaire Georges D., âgé de 61 ans. Le père et la mère des enfants ont tenté, malgré leur handicap, de demander leur chemin. L’ancien notaire, qui a déjà été victime de plusieurs cambriolages, a cru avoir affaire à des malfaiteurs. Il a frappé le mari d’un coup de crosse avec un revolver GP 9mm. Paniqués, les sourds-muets sont retournés en courant vers leur voiture et ont démarré. Une retraite qui n’a pas suffi au notaire. Il a tiré cinq fois vers la voiture, les balles allant se loger dans la carrosserie et l’une d’elle crevant même un pneu. Le couple a néanmoins réussi à prendre la fuite et à prévenir la police.

Le notaire a été appréhendé et entendu par les enquêteurs.

sources: Belga / Sudpresse / Actu24.

13:30 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

31/05/2008

APPEL GENERAL

poinghaymarket



BATTONS-NOUS POUR NOS DROITS

ET POUR LE POUVOIR D'ACHAT!

ENSEMBLE, AGISSONS!

NON AU CAPITALISME ASSASSIN!

11:52 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

30/05/2008

UNISSONS-NOUS!

A l’initiative de la FGTB, les organisations syndicales appellent à une semaine d’action la semaine du 9 au 12 juin.


lutte

Nous nous en félicitons, d’autant plus que parallèlement aux indispensables revendications sur le pouvoir d’achat, figure l’exigence du maintien et du renforcement de la solidarité, et de manière plus précise la revendication du

maintien du caractère fédéral de la sécurité sociale, du droit du travail et des conventions

collectives

Pour sa part, dans une déclaration du 9 avril, le Comité pour l’unité-Eenheidscomité avait relevé les positions de nombreuses instances de la FGTB, dont celle d’Erwin De Deyn et Myriam Delmée, respectivement Président et Vice-présidente du SETCa fédéral, qui affirmaient, à propos du deuxième paquet de réforme de l’Etat (Syndicats, 7 mars 2008) :

«Celui-ci devrait être modalisé avant les vacances parlementaires d’été. Les aspects concernés sont déjà balisés. La régionalisation de la politique au niveau du marché du travail, de la santé et de la famille sera abordée à la table de négociations. Et la régionalisation fera rapidement place à une privatisation. Ici aussi, l’on jette de la poudre aux yeux de la population en affirmant que la solidarité interpersonnelle ne sera pas remise en question.  Les défenseurs du maintien du caractère fédéral de la sécurité sociale devront s’accrocher pour aller à l’encontre des mesures qui seront prévues. La FGTB doit prendre l’initiative en la matière.»

Dans cette logique, le Comité pour l’unité-Eenheidscomite concluait dans sa déclaration du 9 avril : «Sensibiliser sur la gravité des enjeux, mobiliser dès maintenant afin de préparer une grande manifestation nationale pour le tout début du mois de juin ? N’est-ce pas  une absolue nécessité face aux dangers qui menacent ? »

·        Vu l’extrême gravité des menaces qui pèsent sur nos conquêtes sociales fédérales,

·        Vu la crise politique qui dure depuis bientôt un an et donne à notre avenir de travailleurs de tout le pays un caractère totalement imprévisible et dangereux,

·        Dans la continuité de la grande manifestation du 15 décembre 2007 qui a affirmé l’unité des travailleurs de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles, et dont l’impact politique a été considérable.

·        N’est-il pas nécessaire que le dernier jour d’action du 12 juin (commun à Bruxelles, au Brabant flamand et au Brabant wallon) où sera organisée une manifestation à Bruxelles, devienne le lieu de concentration de tous les manifestants qui seront descendus dans la rue dans toutes les provinces durant cette semaine d’action ?

Ne faut-il pas mettre cette proposition en discussion à tous les niveaux ?

Pour sa part, le Comité pour l’unité-Eenheidscomite appelle à la plus large mobilisation pour la réussite de cette semaine d’action et pour que les revendications de défense de la solidarité fédérale y soient massivement présentes.

09:53 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/05/2008

MANIF LE 10 JUIN

logojpegcgspadmi logo

 

RABOTER NOS SALAIRES?

PAS QUESTION!

les prix flambent, les fins de mois sont de plus en plus difficiles...

NOTRE POUVOIR D'ACHAT, C'EST NOTRE SALAIRE!

euro_15

REAGISSONS VITE!

Exigeons:

- la diminution et le contrôle des prix de l'énergie.

- la prise en charge totale des frais de déplacement domicile-lieu de travail.

- la garantie par le gouvernement de l'augmentation des allocations sociales et de la liaison au bien-être.

- la défense des Services Publics (en qualité, en moyens, en quantité).

le maintien absolu de l'indexation automatique des salaires.

TOUS ENSEMBLE, BATTONS-NOUS POUR NOTRE NIVEAU DE VIE!

il y a eu des mesures pour les revenus les plus élevés, trop de cadeaux aux entreprises sans AUCUNE conséquence pour l'emploi!

APPEL A UNE MANIFESTATION

LE MARDI 10 JUIN A MONS

(RDV bientôt fixé)

14:40 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

27/05/2008

L'EMPEREUR SE LIVRE...

 di rupo veugla

"LE SOIR" a interviewé l'Empereur Di Rupo à propos de SES dernières décisions et réactions.

Pour vous, en intégrale et sans filet:

Par un samedi à midi baigné d'un soleil doux, au cœur de sa ville, Mons, à l'une de ses tables préférées, italienne, à deux pas de la Grand-Place, Elio Di Rupo n'est pas moins tendu, agacé de la tournure des événements au fédéral, et « furieux », dit-il, de voir « comment on attaque le PS »…

Le super-conseil des ministres de vendredi n'a pas débouché sur des grandes décisions socio-économiques. Que fait le PS dans ce gouvernement ?

Un : ce n'est pas nous qui avons voulu y aller, on nous a appelés. Deux : on – Verhofstadt – nous a appelés après six mois de chaos. En novembre 2007, le pays était dans l'angoisse. Trois : à l'exécutif, on peut faire avancer les choses plus rapidement qu'à partir du Parlement, même si, là, le verbe est plus fort. Enfin, ce gouvernement n'a pas pour unique mission de s'occuper de réformes institutionnelles, mais de réformes sociales. C'est notre exigence.

Le 15 juillet, date à laquelle est attendue la nouvelle « déclaration » gouvernementale d'Yves Leterme, c'est une deadline ?

Un moment extrêmement important. Nous voulons des perspectives concrètes.

L'idée s'est répandue que le PS « s'accroche » au pouvoir

C'est vous qui le dites ! Il faut arrêter d'attaquer le PS d'une manière injustifiée. Donnez-moi un exemple ! Qu'est-ce que ça veut dire ? On nous a appelés. Nos ministres travaillent. En quoi s'accrocherait-on ?

Appelés, n'étiez-vous pas en mesure d'imposer plus vite les réformes sociales ?

Nous sommes un des cinq partis de la majorité, et dans l'accord de gouvernement, nous avons inscrit ce que nous avons cru devoir inscrire.

Votre choix de la participation ne fut donc pas une erreur ? Pas de regret ?

Non. Je suis toujours assez estomaqué. Pourquoi ne posez-vous pas la même question aux libéraux ? Au CDH ?

Eux sont sortis des législatives avec une image de gagnants....

L'image, c'est celle qu'ils ont voulu se donner et que vous leur donnez. Si le gouvernement devient une affaire virtuelle, écrivez-le.

Mais il y a l'image d'un gouvernement au centre droit, avec un PS en particip-opposition

… On n'en est que plus indispensables ! Cette manière de nous harceler sans cesse est insupportable. Alors qu'on fait l'effort de gouverner dans des conditions difficiles, et qu'on n'est pas dans le confort de l'opposition, je sens comme un acharnement.

Pourquoi ?

L'air du temps.

Des critiques viennent de vos propres rangs, de la FGTB, où se loge un électorat de gauche, qui pourrait vous être favorable…

On ne retient qu'une phrase du discours d'Anne Demelenne (secrétaire générale de la FGTB, NDLR) au 1er Mai, parce que cela arrange ceux qui veulent être dans le camp des détracteurs du PS. Alors que ce qu'elle a dit globalement n'a rien à voir avec notre parti. Du reste, que la FGTB porte des jugements critiques sur le PS, cela ne me heurte pas.

Donc vous ne considérez pas que la FGTB vous dit en gros : « Sortez de ce gouvernement. »

Je ne l'ai pas entendu. D'ailleurs, que la FGTB le souhaite ou pas, elle serait encore en droit de souhaiter ce qu'elle veut. Mais ce n'est pas elle qui fait la loi au PS et ce n'est pas le PS qui fait la loi à la FGTB ; fort heureusement.

Leurs critiques sont injustifiées ?

Mais lesquelles ? Sur des points du passé, comme le pacte des générations, la FGTB garde des inquiétudes. On en a discuté.

Ils visent aussi l'activation des chômeurs de plus de 50 ans, l'introduction prévue de l'épargne-temps.

Ces critiques, on les a entendues, et on a répondu. La plupart des problèmes difficiles, nous les mettons à l'étude à la concertation sociale patrons-syndicats.

Quelles mesures sociales voulez-vous pour le 15 juillet ?

Nous travaillons sur la tarification de l'énergie, pour les personnes en difficulté ; je vois aussi la simplification des plans d'embauche, la hausse des salaires (via les prestations sociales comme par le biais fiscal), y compris du salaire minimum, ou encore le treizième mois pour les allocations familiales. Voilà quelques exemples. Il faut un début d'exécution, des mesures concrètes.

Sinon ?

Cela posera un problème.

C'est quoi « un problème » ?

Il faudrait discuter avec les partenaires. Et à l'intérieur du PS.

De votre participation ?

Du rôle de ce gouvernement…

… Vous n'êtes pas prêt à mettre votre participation en jeu ?

Si ! On pourrait aller jusqu'à mettre en cause notre participation. En congrès du parti.

En tout cas, pour l'institutionnel, c'est mal parti au fédéral. BHV…

On peut répondre à la Cour constitutionnelle par d'autres mécanismes que le splitsing. Et si les partis flamands maintiennent leur exigence, de toute façon, la scission ne pourra pas être pure et simple. Les francophones ont des raisons de géostratégie.

« Géostratégie », carrément…

Oui. Voici mon raisonnement… Les francophones autour de Bruxelles ont trois types de droits liés aux personnes : un droit électoral, leur permettant de voter pour des personnalités bruxelloises ; ils peuvent être jugés en français en justice ; enfin, il y a les facilités dans six communes. Ces trois types de droits constituent comme des ponts, qui enjambent la frontière linguistique, signifiant qu'elle n'est pas une frontière d'État. Toute la stratégie des responsables politiques flamands est de faire sauter ces ponts l'un après l'autre, afin d'isoler Bruxelles en Flandre, et d'affirmer la frontière linguistique comme une frontière d'État potentiellement. Ce schéma, nous n'en voulons pas. Il ne passera pas.

Et si la Flandre fait le pas de l'autonomie ?

Alors, notre réponse sera d'unir Bruxelles et la Wallonie. On trouvera bien sûr une solution pour la minorité flamande de Bruxelles, de 100.000 personnes environ. Notre cadre sera celui d'une fédération francophone.

Avez-vous fait votre deuil d'un nouveau compromis à la belge ?

Le pire ne se produit pas nécessairement et le meilleur se fait parfois attendre.

Quand vous parlez de tout cela à Yves Leterme, que dit-il ?

A titre individuel, il est favorable à un compromis raisonnable. Mais il est dans un cartel, le CD&V/N-VA. Où il doit y avoir une discussion pour déterminer ce qu'ils veulent. Les partenaires de gouvernement doivent savoir à quoi s'en tenir, y voir clair dans les prochaines semaines.

Est-ce électoralement risqué pour le PS de rester dans un gouvernement comme celui-ci ?

Vous savez, les prévisions… Sous la législature Verhofstadt, nos ministres avaient accompli un travail remarquable, de l'avis de tous, mais il y a eu les « affaires » de Charleroi : 17 minutes de JT à quelques jours du scrutin, etc. Des choses excessives qui ont eu un dur impact dans l'isoloir.

La « gauche » en Europe ne connaît-elle pas un problème plus profond, culturel ?

Les gauches ne sont pas damnées, mais à la veille d'un retour massif. Nous entrons dans une phase historique où les pouvoirs publics seront appelés à rejouer un rôle important, et où la question sociale dominera. Cela donne tout leur sens aux partis de gauche, socialistes singulièrement.

crédit: www.lesoir.be

DiRupo%20code

-----------------------------------------

On va encore dire que je casse du Di Rupo, mais il faut reconnaître qu'il joue son rôle de faux-cul à la perfection!


En acceptant (négociant?) la participation du PS dans ce gouvernement fantoche, L'empereur n'a pas rendu service au parti et à ses militants. Il joue cavalier seul, comme depuis tant d'années et l'homme nouveau, intelligent, intègre et honnête qu'il semblait à mes yeux il y a 10 ans s'est muté en tyran calculateur et opportuniste.


Pourquoi ne pas reconnaître la défaite de juin 2007 et utiliser le temps à passer dans l'opposition pour se remettre en question, discuter ouvertement et avec la base de QUI NOUS SOMMES ET DE CE QUE NOUS VOULONS FAIRE POUR DEMAIN!


Les idéaux de gauche ont été repris par une droite capitaliste sans scrupules et menteuse...et ça a marché! Mais ça ne marchera que sur le papier...ne serait-ce pas l'occasion de démontrer que les valeurs qui ont fondé le PS sont toujours d'actualité et que les problèmes de pauvreté ne peuvent être résolus par la seule voie du capital.


Le socialisme est une utopie, mais le capitalisme est une chimère qui n'a pour réponse aux problèmes de pauvreté que l'argent...mais pas pour tout le monde.


Sinon, on l'appellerait "communisme".

11:45 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

26/05/2008

ANTOINE AU POTEAU!

 antoine

Petite revue de presse (objective comme toujours...) pour rappel des faits:

Lu sur www.rtbf.be:

Le ministre wallon des Transports, André Antoine, a dit dimanche que le chauffeur des TEC actuellement sous mandat d'arrêt sera licencié. "Il n'y a pas de place au TEC pour quelqu'un avec un casier judiciaire", a dit le ministre.
Pour le permanent syndical CSC, Rogert Maltère, le ministre jette ainsi del'huile sur le feu. M. Maltère a par ailleurs reconnu que les organisationssyndicales sont dépassées par leur base.
Un mouvement de grève des bus du TEC a débuté jeudi, à Charleroi, après l'interpellation d'un chauffeur de bus qui avait maîtrisé un homme qui tentait de l'agresser. Le chauffeur a été placé sous mandat d'arrêt par la justice carolorégienne pour coups et blessures. Depuis vendredi matin, le mouvement de grève s'est étendu dans plusieurs dépôts wallons.
Le ministre André Antoine a répété, dimanche midi, à la RTBF et à RTL-TVi, dans un débat avec le permanent syndical de la CSC Roger Maltère, sa volonté d'utiliser comme sanction la suppression du crédit temps dont bénéficie les permanents syndicaux. "M. Maltère est payé mi-temps pour remplir son mandat syndical or il est désavoué par sa base. A quoi servez-vous? " lui a demandé le ministre.
Roger Maltère a reconnu que les organisations syndicales étaient dépassées par leur base. "Nous disons à nos affiliés que la grève a un effet contraire mais nous n'arrivons pas à les persuader", a-t-il dit. Il a ajouté en réponse à une autre interpellation du ministre, qu'il était malgré tout favorable à ce que son organisation, qui ne reconnaît pas la grève, paye l'indemnité de grève.
Il est claire, pour le ministre, que la démocratie syndicale ne fonctionne pas. M. Antoine a aussi répété qu'il n'acceptait pas qu'on fasse grève pour faire pression sur la justice et sur la police. "L'intéressé sera évidemment licencié. Il n'y a pas de de place au TEC pour des agents qui ont un casier judiciaire", a dit le ministre.
Roger Maltère a répété que le chauffeur en question "avait pété les plomb" mais qu'il fallait comprendre l'exaspération des chauffeurs. Le ministre lui a rétorqué que d'importants efforts ont été faits. "Alors qu'il y avait il y a quelques années plus de 4.000 jours d'incapacité de travail à la suite d'agression, il n'y en a plus que 1.710", a-t-il dit. Il a aussi souligné qu'il y a 10 ans, 80 pc des grèves se déroulaient après dépôt d'un préavis. "Aujourd'hui, c'est le contraire: 80 pc des grèves sont sauvages", a-t-il insisté.

André Antoine s'est montré ferme ce dimanche. Le ministre wallon des Transports a déclaré que le chauffeur des TEC, actuellement sous mandat d'arrêt, sera licencié. "Il n'y a pas de place aux TEC pour quelqu'un avec un casier judiciaire", a dit le ministre. Ce midi sur le plateau de RTL-TVI, André Antoine était confronté au permanent syndical CSC, Rogert Maltère. Selon lui, le ministre jette ainsi de l'huile sur le feu. Le syndicaliste a par ailleurs reconnu que les organisations syndicales sont dépassées par leur base.

Un mouvement de grève des bus du TEC a débuté jeudi, à Charleroi, après l'interpellation d'un chauffeur de bus qui avait maîtrisé un homme qui tentait de l'agresser. Le chauffeur a été placé sous mandat d'arrêt par la justice carolorégienne pour coups et blessures. Depuis vendredi matin, le mouvement de grève s'est étendu dans plusieurs dépôts wallons.

Ce dimanche midi, le ministre André Antoine a répété sa volonté d'utiliser comme sanction la suppression du crédit temps dont bénéficie les permanents syndicaux. "M. Maltère est payé mi-temps pour remplir son mandat syndical or il est désavoué par sa base. A quoi servez-vous? " lui a demandé le ministre.

Roger Maltère a reconnu que les organisations syndicales étaient dépassées par leur base. "Nous disons à nos affiliés que la grève a un effet contraire mais nous n'arrivons pas à les persuader", a-t-il dit. Il a ajouté en réponse à une autre interpellation du ministre, qu'il était malgré tout favorable à ce que son organisation, qui ne reconnaît pas la grève, paye l'indemnité de grève.

"80% des grèves sont sauvages"

Il est clair, pour le ministre, que la démocratie syndicale ne fonctionne pas. M. Antoine a aussi répété qu'il n'acceptait pas qu'on fasse grève pour faire pression sur la justice et sur la police. "L'intéressé sera évidemment licencié. Il n'y a pas de de place au TEC pour des agents qui ont un casier judiciaire", a dit le ministre.

Roger Maltère a répété que le chauffeur en question "avait pété les plomb" mais qu'il fallait comprendre l'exaspération des chauffeurs. Le ministre lui a rétorqué que d'importants efforts ont été faits. "Alors qu'il y avait il y a quelques années plus de 4.000 jours d'incapacité de travail à la suite d'agression, il n'y en a plus que 1.710", a-t-il dit. Il a aussi souligné qu'il y a 10 ans, 80 pc des grèves se déroulaient après dépôt d'un préavis. "Aujourd'hui, c'est le contraire: 80 pc des grèves sont sauvages", a-t-il insisté.

Personnellement, je ne me permettrais pas d'émettre un avis sur cette affaire, tout simplement parce qu'il y a vraiment "à boire et à manger".

Tout d'abord, je ne pense pas que l'utilisateur ait bien réagi en sortant son "Laguiole" (et pas un "petit canif" comme l'a dit André Antoine). Même si, diminué physiquement, il se sent plus en sécurité avec ça dans sa poche (j'ai moi-même toujours un Laguiole sur moi, mais pour le saucisson...), j'estime qu'il est passé du statut de "potentiellement agressable" au statut d'agresseur. Le coup de béquille dans le rétroviseur était déjà superflu...alors lâcher ses paquets, sa béquille(!) et poursuivre le chauffeur couteau en main...

Deuxièmement, la réaction du chauffeur n'est-elle pas disproportionnée? Si celui-ci, d'après ce qu'on dit, est un ancien para, il savait qu'il n'était pas nécessaire d'éclater la rate d'un type pour le rendre hors d'état de nuire...toute personne ayant des notions de self-défense sait "où, quand, comment". Pour moi, s'il y a erreur de sa part, c'est là et pas avant.

Mais bon, comme je l'ai dit d'entrée, je préfère ne pas juger.

Par contre, les propos tenus par ce brave Sinistre André Antoine sont tout simplement stupides et ne servent qu'à alimenter la polémique. Que cette grève soit jugée "inadaptée" est une chose, mais sous-entendre que c'est, je cite: "anti-démocratique parce que les employés font ce qu'ils veulent...", il y a une marge qu'il a dépassée! La base syndicale a décidé que... alors je ne vois pas ce qu'il y a d'anti-démocratique à cela! Au moins, la base réagit à un fait et c'est cela qui doit le surprendre!

En politique, la base n'a jamais le droit à la parole ou n'est jamais écoutée, ce qui conforte nos ministres dans leurs sièges de velours.

Un bon coup de pied au cul, c'est souvent salutaire!

13:15 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |