25/02/2010

CARROUF LE PIRATE

carrefour-pugno

En 2008, Carrefour recevait un peu plus de 129.000.000 € en guise de "soutien financier" de la part de l'Etat Belge.

En 2010, Carrefour remercie la Belgique en fermant 21 magasins (1.700 emplois directs) et en franchisant ou revendant 27 autres (ne garantissant aucun emploi!)

On en a marre de ces sociétés multinationales (2e groupe mondial!) qui prennent du fric public sans aucune garantie en contrepartie!

Mais comment le gouvernement peut-il être aussi niais? Y aurait-il encore des dessous de table et des arrangements à la 6-4-2? A voir les réactions musclées de nos édiles, rien n'est moins sûr!

Ce qui est par contre vrai, c'est que le gouvernement (et donc NOUS par la même occasion) s'est fait biaiser (si il y a une lettre en trop, supprimez-la) car Carrefour a même eu le culot de demander au FOREM d'organiser des formations spécifiques "grande distribution" car ils comptaient créer 1.800 nouveaux emplois en 2010!!!

Ca c'est gonflé, non?

Comme on dit: plus c'est gros, mieux ça passe.

pirate

Carrouf le Pirate

----------------------------------------------------------------------------

SOYONS SOLIDAIRES AVEC CES TRAVAILLEURS!

DEMAIN, C'EST PEUT-ÊTRE VOUS!

----------------------------------------------------------------------------

large_522801

08:43 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : greve carrefour setca fgtb cne csc |  Facebook |

23/02/2010

POURQUOI?

19 MORTS!

POURQUOI?

train hal

 Parce que l'usager est devenu un client;

Parce que le service est devenu un marché.

Le libéralisme tue, et tuera encore.

15:51 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

04/02/2010

IL FAUT CHOISIR SON CAMP

Communiqué du Bureau politique du Parti Communiste du 3 février 2010 

 

 Il faut choisir son camp !

 

 

 

   

 

Le 29 janvier, des dizaines de milliers de travailleurs manifestaient en front commun syndical dans les rues de Bruxelles pour protester contre  les bas salaires, la dégradation des conditions de travail et le chômage de masse. La dramatique aggravation des conditions de vie appelle des réponses fortes et urgentes. C’est pourquoi la FGTB mène une campagne contre le système dit « d’accompagnement » des travailleurs sans emploi. Un système qui, dans les faits, aboutit à rayer des statistiques des dizaines de milliers de chômeurs dont une majorité se retrouvent sans revenus.

Le 29 janvier, Elio Di Rupo, paré de rouge, s’était mêlé aux manifestants. Un soutien qui a vite trouvé ses limites. Lundi 2 février, le président du PS a annoncé que son parti ne relaiera pas l’action de la FGTB au gouvernement. « Je préfère une discussion franche sur les faiblesses du plan d’accompagnement. Mais il ne faut pas donner l’impression que demain on rase gratis », a-t-il dit. Une envolée fort peu solidaire quand on annonce près de 170 000 chômeurs de plus en 2 ans. 

Certes, M. Di Rupo a redit son indignation que « l'on puisse gaspiller les moyens financiers, offrir des cadeaux fiscaux à des multinationales qui mettent les gens à la porte ». Et, concernant les intérêts notionnels, le PS a déposé une proposition de loi visant à priver de leur bénéfice les entreprises qui organisent un licenciement collectif. Mais, outre qu’il conviendrait de supprimer purement et simplement cette mesure coûteuse pour les finances publiques et non créatrice d’emploi, les dirigeants socialistes iront-ils au-delà des effets d’annonce, en bataillant contre la droite au Parlement et au gouvernement ? Dans le cas contraire, ils confirmeraient que la participation au pouvoir est pour eux « la » priorité qui autorise bien des reniements.

Dans un document commun, les principales associations patronales du pays viennent de monter à l’assaut. « Stop à la culpabilisation ». « Trop, c'est trop, les entreprises sont le moteur de la prospérité » écrivent ces sinistres humoristes qui s’ignorent. En vertu de quoi et dans la perspective des négociations interprofessionnelles, ils repartent en guerre contre les coûts salariaux « trop élevés » et l'indexation des salaires. Et, parmi bien d’autres choses, exigent un nouveau durcissement de l’activation des chômeurs, coupables, bien sûr, comme celles et ceux qui sont encore au travail, de la vertigineuse dégradation de la situation économique et sociale. Aux victimes de payer la facture.

Le monde du travail en a ras le bol de cette politique et de ces discours arrogants et réactionnaires. Dans une situation marquée par une offensive incessante de la droite et du patronat contre l’ensemble des droits sociaux et des droits démocratiques, le devoir de la  gauche est de participer à la nécessaire construction d’une véritable alternative à la logique du système capitaliste et productiviste. Il faut choisir son camp.

Le PC choisit le sien : stop aux exclusions du droit au chômage !

11:49 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

03/02/2010

NO POST

no post

11:07 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |