01/06/2009

IL Y A 20 ANS...

Le "Rideau de Fer" tombait...

300px-Iron_Curtain_map.svg

Le "Rideau de fer" symbolise la "Guerre froide" du lendemain de la seconde Guerre mondiale entre la zone d'influence soviétique et communiste en Europe de l'est et les pays occidentaux, une frontière de plusieurs milliers de kilomètres faite d'ouvrages bétonnés, de fossés, de barbelés, d'alarmes électriques et d'installations de tirs automatiques.

Le Mur de Berlin, symbole tangible d'une Europe divisée
La métaphore du "Rideau de fer" installé par l'URSS communiste a été utilisée pour la première fois par Winston Churchill, dans un discours prononcé aux Etats-Unis, au Westminster College de Fulton (Missouri), le 5 mars 1946.

media_xl_905315


C'est entre les deux Allemagne, notamment avec "le Mur de Berlin", que le "Rideau de fer" a connu sa matérialisation la plus spectaculaire avec 1.394 km d'une frontière constituée de doubles barrières métalliques avec fils de fer barbelés, alarmes électriques, miradors et voies pour chiens de garde, ainsi que des postes de tirs automatiques.

 

40 ans et des centaines de morts
Une frontière réelle mais aussi idéologique dont le franchissement clandestin a coûté la vie à plusieurs centaines d'Allemands.

En Hongrie, où l'on célébrera le 2 mai le 20ème anniversaire du premier coup de cisailles dans le "Rideau de fer", début d'un processus en chaîne qui mènera jusqu'à la chute du "Mur de Berlin" le 9 novembre 1989 puis à l'effondrement du bloc soviétique, cette frontière avec l'Autriche était longue de 356 km.

Edifié dès 1949, peu après le coup d'état communiste en Hongrie en 1948, puis sans cesse renforcé, le "Rideau de fer" y était constitué d'une double rangée de fils de fer barbelés, à raison de 2.500 kg de barbelés pour un kilomètre de "Rideau de fer", renforcée par 1.124.900 mines.

(belga/th)

19:12 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

Commentaires

Ouais! Et les prétendus adultes qui bâtirent cette infamie donnaient sûrement des leçons de morale et de tolérance à leurs enfants.

Écrit par : Ben | 01/06/2009

et oui... mais tu sais, des donneurs de leçons et des réformateurs du monde bien pensants, il y en a à la pelle...

Écrit par : Gregg | 01/06/2009

je viens chier sur ce merdi-blog révisionniste et communiste car c'est la fange de l'humanité !

Écrit par : 2 vox | 01/06/2009

super! merci pour ta participation!
la chiure semble être ton seul moyen d'expression. Suivront les insultes gratuites du "libre panzer"et les élucubrations de "julie la mytho".
Tu es chez toi ici, et comme tu sembles apprécier la merde...roule-toi par terre, si tu veux, te gêne pas pour nous!
on te regarde en souriant :-)
Je me permettrai quand même de supprimer tes commentaires que je jugerai trop hard...parce que je suis staliniste, j'ai horreur de la démocraSSie et si je le pouvais je te descendrais.
:-) enjoy!

Écrit par : Gregg | 01/06/2009

bonjour Gregg un simple replay d'Arte, êtes-vous allé dans ces pays que vous citez?? Moi oui et je peux vous dire que le MUR côté Est était en béton et les barbelés à l'arrière, vous avez du oublier le démantèlement du mur de briques et ces briques emportées en souvenir par les allemands, drôle de barbelés... Il ne faut pas croire l'entièreté de cette propagande anti-communisme qui refait surface lors de chaque élection. Tout n'était peut-être pas correct à l'Est mais le social était très à la pointe du progrès, des jardins d'enfants là où travaillaient les parents, gratos, pas de gardienne privée à payer, la médecine gratuite, pour exemple j'ai eu un abcès dentaire à Berlin Est, malgré ma nationalité belge tous les soins ont été gratuits, en revenant aux usines, dans les bureaux tous les sièges de dactylo étaient adaptés aux personnes qui devaient les occuper, pas de chômage et j'en passe. Dites-moi si maintenant le chômage est toujours absent de l'Allemagne réunifiée, je pense sincèrement que votre réponse sera non, s'il vous plait ne tombez pas dans les pièges qui vous sont tendus, certains en rigolerait surement, au plaisir de venir vous lire car comme je l'ai déjà écrit ailleurs ma femme et moi ne possèdont pas de blog mais nous avons des idées n'est-ce pas le principal.....

Écrit par : Jean | 02/06/2009

Cher Jean Il ne me semble pas que l'article en question (source Belga) ait une tendance anti-communiste...simple question d'interprétation sans doute.
Je n'ai pas bien connu ces pays du temps de la guerre froide mais certains de mes proches y ont également travaillé et ont vu la même chose que vous.
toutefois, je reste persuadé qu'il y a un juste milieu entre ce que la propagande pro-occidentale veut faire croire et le paradis communiste dont se vantaient les héritiers de Staline...
Vous savez, ce que pensent certaines enflures de moi et de mon blog, je m'en tape éperdument.
Je sais ce que je pense, je sais ce que je vaux et je n'écrase pas les autres pour sortir la tête du lot...
J'assume mes idées tout comme vous assumez les vôtres.
Le reste c'est du be-bop. Et merde aux cons ;-)

Écrit par : Gregg | 02/06/2009

Salut, Gregg. Déjà 20 ans!
Mais encore tant de murs à abattre tandis que de nouveaux se construisent...
M'enfin, l'été arrive, restons positifs.

Écrit par : Tony | 02/06/2009

les gauchiottes c'est... « Ce sont les enfants du rock débile, les écoliers de la vulgarité pédagogique, les béats nourris de soupe infra idéologique cuite au show-biz, ahuris par les saturnales de “Touche pas à mon pote”. Ils ont reçu une imprégnation morale qui leur fait prendre le bas pour le haut. Rien ne leur paraît meilleur que n’être rien, mais tous ensemble, pour n’aller nulle part.

Leur rêve est un monde indifférencié où végéter tièdement. Ils sont ivres d’une générosité au degré zéro, qui ressemble à de l’amour mais se retourne contre tout exemple ou projet d’ordre. L’ensemble des mesures que prend la société pour ne pas achever de se dissoudre : sélection, promotion de l’effort personnel et de la responsabilité individuelle, code de la nationalité, lutte contre la drogue, etc., les hérisse.

Ce retour au réel leur est scandale. Ils ont peur de manquer de moeurs avachies. Voilà tout leur sentiment révolutionnaire. C’est une jeunesse atteinte d’un sida mental. Elle a perdu ses immunités naturelles ; tous les virus décomposants l’atteignent. Nous nous demandons ce qui se passe dans leurs têtes. Rien, mais ce rien les dévore.

Il aura suffi de cinq ans pour fabriquer dans le mou une telle génération. Serait-ce toute la jeunesse ? Certainement pas. Osons dire que c’est la lie avec quoi le socialisme fait son vinaigre. »

Louis PAUWELS, Le Monome des zombies. Éditorial du Figaro Magazine, 6 décembre 1986.

Écrit par : antifa hahaha | 02/06/2009

he antifa hahaha alias 2 vox... pour ce qui est de confondre le bas et le haut, chez toi tu ne dois connaître que la bas et à force de chier sur ce blog, fais gaffes tu risques de tomber dedans.
Heureusement ça tache et ça s'imprègne tellement que tu vas puer le restant de tes jours.
Va jouer avec tes petits neurones à la wiifi et à super mario.
Est-ce que tu comprends seulement ce que tu écris, je ne le pense pas!
C'est peut-être trop fort pour ton petit cerveau!
C'est plus facile de faire des copier/coller sans savoir de quoi tu parles.
Bouhhhh la vilaine.

Écrit par : rustine | 02/06/2009

hahaha rustine alias gregg le rouge de brun GOTCHA pwned OWNED

Écrit par : chiotte gun | 02/06/2009

comme je le disais avant-hier... ;-) enjoy!
et il s'amuse tout seul...branleur va!

Écrit par : Gregg | 03/06/2009

vu que tu ne dois certainement pas bosser , c'est le manque d'alcool qui te fait lever si tôt !
CPAS c'est ton alphabet .
wibra et aldi c'est ton paradis

Écrit par : chiotte gun | 03/06/2009

non, non, rien n'a changé... Oufti, je fais un tour sur ce blog après un long moment et je remarque que le collectifs des grands penseurs et démocates zélés est toujours aussi actif! Courage Gregg!

Écrit par : RAYMOND | 03/06/2009

@Raymond: ne t'en fais pas pour moi...les cloportes ne se plaisent pas longtemps ici...c'est pas assez pourri pour eux.
@ chiotte gun: ben justement je suis passé au CPAS ce matin. Tu étais aussi dans la file?

Écrit par : Gregg | 03/06/2009

Cher Gregg,
Je ne me bats plus contre les cloportes depuis qu'ils s'en prennent à moi.
Parce qu'on est toujours le cloporte de quelqu'un...
Un jour, c'est les juifs, le lendemain les arabes, puis les américains et les jeunes, les noirs, les communistes...
Amitiés
Citation: “Il vaut mieux être cocu que ministre... ça dure plus longtemps et l'on n'est pas obligé d'assister aux séances.” (Léo Campion.)

Écrit par : Armand | 03/06/2009

Mon pauvre Armand Comme tu as l'air désabusé!
Tu sais bien qu'on te respecte tous et qu'on est là pour te défendre contre les cloportes. D'ailleurs, qui oserait s'attaquer à ton savoir et à ton expérience de la vie??? NON, MAIS!!!
Amitiés.

Écrit par : Cassandra | 03/06/2009

Bonsoir L’idiot du village débarque !
Tu m’as mal compris, je ne considère pas l’armée en ennemi, eux aussi ils subissent le système politique du pays.
J’ai de bons amis dans l’armée, et crois moi, ils ne tarissent pas d’ « éloges » sur les politiciens du pays.
Bref, j’interviens sur cet article car je connais assez bien un des pays qui fut un des points de départ de la chute du mur, la Pologne.
Ma Femme est Polonaise, et cela fait 15 ans que chaque année, j’y vais.
Alors, je voudrais réagir sur le commentaire de Jean, la vie derrière le mur n’était pas si agréable que ce qu’il tente de faire croire ici, du moins en Pologne.
Ma Femme m’a longuement expliqué la vie de tous les jours derrière le rideau de fer.
Mais cela concerne bien sur les 20 dernières années avant sa chute.
Les magasins étaient tous vide, des tickets de rationnement étaient distribués aux gens qui faisaient alors de longues files afin d’obtenir les aliments de base.
Tout dépendait aussi des relations de chacun envers le tenancier du magasin, il y avait d’autres articles, mais uniquement si « affinités ».
Dans chaque village, il y avait un chef de village, en relation directe avec le parti communiste. Il était donc craint, car la dénonciation était courante.
Chacun avait un petit morceau de terre pour y cultiver des légumes.
Outre cela, les soins étaient peut être gratuits, mais les « dons » en argent ou en nature étaient les bienvenus pour recevoir de meilleurs soins et plus rapidement.
La corruption était présente à tous les niveaux de la société.
Et quand on était pauvre, on l’était au point de faire toutes ses études en pantoufles.

Bon ça c’était pour ce que ma Femme m’en a raconté, maintenant, ce que moi j’en ai vu.
Mon premier voyage en Pologne fut un voyage « forcé ».
Un beau jour, en me levant, j’ignorais encore que le soir même je serais sur la route de la Pologne.
Ma Femme (nous n’étions pas encore mariés) ayant été expulsée, elle fut envoyée le lendemain par le Ministère en avion vers son pays.
Malgré mon insistance à y partir le soir même, le ministère a refusé de la relâcher pour y aller avec moi.
Je suis donc parti le soir(après lui avoir porté un paquet de frite ;-) au poste de police), pour Varsovie, dans le but d’y arriver en même temps que son avion.
Bref, ce fut la course, et qui dit course, dit quelques infractions (légères ;-)) de roulage.
Il faut savoir qu’en Pologne, il y a 15 ans, y circuler rapidement relevait d’une mission quasi impossible.
Je me suis fait arrêter deux fois par la police, il m’ont fait comprendre que pour continuer, il fallait que je paye, ce que j’ai voulu faire, mais le Franc Belge, ils connaissaient pas, donc, ils m’ont à chaque fois « jeter mes papiers en me faisant signe de me « casser ».
Et depuis 15 ans, cette corruption est toujours bien présente, mais cette fois, l’Euro, ils connaissent, donc, je paye. Ces dernières années, cela semble tout de même diminuer.

Autre chose constatée (positive cette fois), c’est que ce que semblait avoir bien développé le communisme derrière le rideau, ce sont les contacts sociaux, le partage et la solidarité entre les gens du peuple. (Solidarnosc, ça ne s’invente pas).
Dès que le soir tombait, que ce soit les villes ou les villages, les rues se remplissaient de monde, et tout le monde discutait, se promenait dans un silence qui ressemble à celui des « dimanches sans voiture ». Il faut dire qu’à cette époque, la voiture, la télévision, et le net étaient des luxes inaccessible pour la plupart des gens.
Au fil des années, j’ai vu tout changer, les rues se sont vidées, les contacts sociaux se sont durcis, le partage n’existe plus que chez les « Anciens », et le matérialisme a fait son entrée fracassante dans le pays.
Il y a donc eu là, à mon sens la mauvaise influence du capitalisme.
Comme quoi, c’est comme tu le dis, il y a du bon et du mauvais dans tous les systèmes, le tout est d’arriver un jour à regrouper uniquement le bien.
C’est pour cela que je pense que la politique n’est pas une couleur, ni une position, mais une logique à combiner le meilleur pour un ensemble (le plus grand possible) de la population.
Seulement, tout n’est pas conciliable.

Écrit par : L'idiot éclairé | 21/07/2009

Les commentaires sont fermés.