18/02/2009

1979-2009

 En 30 ans, tout change...

*Scène : Tu dois faire un voyage en avion

 

Année 1979 : Tu voyages dans  un  avion d’Air France, on te donne à manger et t’invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l’air et ton siège est tellement large qu’on peut s’assoir à deux.
 
Année 2009 : Tu entres dans l’avion en continuant de t’attacher le ceinturon qu’à la douane ils t’on fait retirer pour passer le control, tu t’assois sur ton siège que si tu respires un peu trop fort tu mets un coup de coude à ton voisin, si tu as soif le steward t’apporte la carte et les prix sont ahurissant, et tu ne protestes pas pour si jamais quand l’avion atterrit on t’emmène à la douane et qu’on te met un doigt dans le cul pour savoir si tu n’as pas cacher de la drogue.

 

************

 * Scène : Michel doit aller dans la forêt après la classe, il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabriquer un lance pierre.

Année 1979: Le directeur voit son couteau et lui demande où il l’a acheté pour aller s’en acheter un pareil.
 
Année 2009: L’école ferme, on appelle la gendarmerie, on emmène Michel en préventive. TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l’école.

 

*************


* Scène : Discipline scolaire
 
Année 1979: Tu fais une bêtise en classe. Le prof t’en colle deux. En arrivant chez toi, ton père t’en recolle deux.

Année 2009: Tu fais une bêtise. Le prof te demande pardon. Ton père te demande pardon et t’achète une moto.

 

************

 

 

* Scène : Franck et  Marc se disputent et se flanquent quelques coups de poing après la classe.

Année 1979: Les autres les encouragent, Marc gagne. Ils se serrent la main et ils sont copains pour toute la vie.
 
Année 2009: L’école ferme. TF1 proclame la violence scolaire, France Soir en fait sa première page et écrit 5 colonnes sur l’affaire.

 

***************


* Scène :  Eric casse le pare brise d’une voiture du quartier, son père sort le ceinturon et lui fait comprendre les choses.
 
Année 1979: Eric fera plus attention la prochaine fois, grandit normalement, fait des études, va à la fac et devient un excellent homme d’affaire.

Année 2009: La police arrête le père d’Eric pour maltraitance sur un mineur. Eric rejoint une bande de délinquants. Le psy arrive à convaincre sa sœur, que son père abusait d’elle et le mette en prison.

 

****************


* Scène: Jean tombe en pleine course à pied, se blesse au genou et pleure. Sa prof Jocelyne le rejoint, le prend dans ses bras pour le réconforter.

Année 1979: En deux minutes Jean va beaucoup mieux et continue la course.

Année 2009: Jocelyne est accusée de perversion sur mineur et se retrouve au chômage et s’affronte à 3 ans de prison. Jean va de thérapie en thérapie pendant 5 ans. Ses parents demandent des dommages et intérêts à l’école pour négligence et à la prof pour traumatisme émotionnel. Ils gagnent les deux procès. La prof au chômage et endettée, se suicide en se jetant d’en haut d’un immeuble.

 

*************** 

 

 * Scène: Relations courantes entre un père et son fils
 
Année 1979: Je demande de l’argent à mon père pour sortir.
 

 
Année 2009: Mon père me demande de l’argent pour couvrir son compte en banque.

 

****************

 

* Scène : Arrive le 28  octobre.

Année 1979: Arrive le jour du changement d’horaire d’été à l’heure d’hiver. Il ne se passe rien.

Année 2009 : Arrive le jour du changement d’horaire d’été à l’heure d’hiver. Les gens souffrent d’insomnie et de dépression.

 

*******************

 


* Scène : La fin des vacances.

 

Année 1979: Après avoir passé 15 jours de vacances en famille sur la côte dans une caravane tractée par une 403 Peugeot, les vacances se terminent.  Le lendemain tu repars au boulot et il ne se passe rien.


Année 2009: Les vacances terminées, de retour de Tahiti, voyage organisé tous frais inclus, Les gens souffrent d’insomnie et de dépression.

 


Conclusion: On est devenu des chochottes. On ferait mieux d’être un peu plus normaux et dire aux médias qu’ils arrêtent de faire du sensationnel.

08:23 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

Cher Gregg,
Il faut toujours chercher à qui profite le crime:
- Les petits délinquants font le bonheur des avocats et psychologues.
- Les charters et leurs voyages bon marché engraissent les émirs, fabricants d'avion et marchands de kérosène.
- L'impunité des chahuteurs en classe évite la pléthore d'enseignants.
- Les syndicat qui font grève sans motif sérieux appauvrissent le pays et permettent de syndiquer plein de nouveaux chômeurs qui travailleraient autrement.
En cherchant bien, tu trouveras encore: les taxes dont de Tony nous parle de temps en temps, par exemple.
Amitiés.

Écrit par : Armand | 18/02/2009

taxes Armand, je l'ai déjà dit à maintes reprises mais je me répète quand même...
je paie trop de taxes comme tout le monde, et ça m'emmerde.
un certain collectivisme est bénéfique mais le problème survient quand on paie des taxes pour rien.
et ça je suis contre...

Écrit par : Gregg | 18/02/2009

ah oui... j'avais oublié de vous demander qui pourrait reconnaître la voiture du dessus...

Écrit par : Gregg | 18/02/2009

Chochottes... Et pourtant ton article est le reflet de la réalité.
L'uniforme et la Toge ne font plus peur à personne.
Tout cela n'est devenu que des apparats de cérémonie.
Les médias exagèrent souvent, mais certains nous relatent quelques fois les réalités de tous les jours et les faits divers de délinquance sont relégués dans la catégorie de petites déliquances, même si cela se termine souvent par un meurtre.
Tu aurais pu ajouter ceci:
En 1979, si tu braquais une banque ou la caisse des recettes fiscales, tu en prenais pour 30 ans.
En 2009, si tu détournes 30 milliards d'Euros des caisses de l'Etat pour sauver des banques, le Juge, influencé par le pouvoir politique, a juste le droit de fermer sa gueule et les citoyens en prennent plein la tronche pour 30 ans de remboursement.
Moralité!
Plus les années passent, il vaut mieux être un truand cagoulé en situation illégtale ou s'appeler Maurice Lippens, tu risques beaucoup moins que d'être un brave et honnête travailleur.
Dans le 1er cas tu seras protégé par le Mrax, Les Droits de l'homme, l'Egalité des chances et Joelle Milquet et dans le 2ème tu seras protégé par Didier Reynders.
L'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue quand même, et comme disait Coluche:
Il vaut mieux naître riche et en mauvaise santé que pauvre et en bonne santé, tu seras toujours mieux suivi et soutenu en tant que riche.

Écrit par : LE DEONCIATEUR 2 | 18/02/2009

Je pense... Que c'est une De Lorean...

Écrit par : LE DENONCIATEUR 2 | 18/02/2009

Sacrée colle! Je pense que la photo la plus récente, çà doit être une "Peugeot" mais la plus ancienne ressemble +/- à une NISSAN, MAZDA, ou un truc dans ce genre là, peut-être même TOYOTA, va savoir!
DSLS!(Dieu seul le sait, pour les agnostiques)!
En tous cas, çà va pas m'empêcher de dormir, mais donne la solution quand même, pour les insomniaques.
Merci pour eux (et pour moi)!
Cassandra.

Écrit par : cassandra | 18/02/2009

indice... ce sont toutes les deux des "Ford"...

Écrit par : Gregg | 19/02/2009

Cher Gregg,
Enfin un sujet pour envahissement de cloportes de tous les camps (car il y a des "pour" à droite) et des contres (à gauche):
"L'Europe attaque le système des intérêts notionnels belges".
C'est dans l'Echo d'aujourd'hui... Perso, je m'en fous (presque), mais j'aime que tes articles suscitent des réactions exothermiques!
Tu tiens un blog politique, que diable: peut-on dissuader les délocalisations et inciter les investissements des étrangers ou y a-t-il des règles à respecter (celles du plus fort, par exemple)?
Amitiés.
Je suis certain que ton ami Aldagor a son idée sur le sujet...

Écrit par : Armand | 19/02/2009

DIS-NOUS-TOUT!!! Peut-être une Ford Mondéo pour la plus récente!
Pour la plus ancienne, suis pas assez vieille, na!
J'ai eu des "ford", Taunus, Escort, Capri 1 et 2, mais là, je reconnais pas! Je suis passée par les "asiatiques" et maintenant je suis OPEL!
Te marre pas, c'est une saloperie qui passe sa vie chez mon garagiste et me coûte la peau des fesses!!!
Faut toujours rester fidèle à sa marque de prédilection!
Bonne nuit à toi et...bon CARNAVAL DE BINCHE, mais çà, j'en doute pas!

Écrit par : CASSANDRA | 21/02/2009

Je découvre ton blog... ... et cet article tellement sympa que j'aurais aimé l'avoir écrit. Ne permets-tu de reprendre la partie "école" sur les miens ?
Cela illustrera la panade dans laquelle nous sommes au niveau éducation ! Merci d'avance...

Écrit par : CC.RIDER | 23/02/2009

j'avais lu cet article à sa sortie; hélas, je n'arrivais pas à laisser de commentaire: problème de captcha Super bien vu!
Es-tu l'auteur de l'article.
Comme le fit avec moi, il y a quelques années, Gargamelo (paix à son âme), tu as eu la chance de recevoir des commentaires de CCRider.
Soigne-le bien, c'est un des blogueurs les plus lucides. de la francophonie (il est Français).
A part ça, ça coule à flots à Binche, pour ce mardi gris?
;-)

Écrit par : Tony | 24/02/2009

C'est une Ford Capri 1600cc ou 2 litres, carbu double corps car la 2,6 litres avait une bosse sur le capot pour pouvoir placer le V6.
Le piège est qu'elle est équipée de la calandre et du pare-choc version US, modèle destiné à l'exportation.
Le rêve de certaines personnes, mais je crois que les idées changent .

Écrit par : JLM | 26/07/2009

non Jean Luc... c'est une Ford Pinto...une "voiture-bombe"!
Pour combattre la compétition faite à Ford par Volkswagen et les compagnies japonaises dans le segments des sous-compactes, la compagnie décida de construire, à la fin des années 60, la Ford Pinto. Devant la force de la compétition, Lee Iacocca, président de Ford, exigea de ses ingénieurs de concevoir la Pinto en deux fois moins de temps que l’exige normalement la conception d’une voiture.

À la lumière de tests effectués avant l’entrée en production du modèle, les ingénieurs découvrirent que la voiture était très sensible aux collisions arrières : le positionnement et la mauvaise qualité du réservoir d’essence causaient presque à coup sûr l’incendie du véhicule (voir photos). Lors d’un impact arrière, le réservoir, coincé entre le pare-choc et le différentiel, était transpercé par les boulons de ce dernier ; la moindre étincelle suffisait alors à embraser le véhicule. De plus, la faible résistance du châssis de la voiture entraînait, lors de l’impact, le blocage des portes. Ce qui signifie que les occupants d’une Pinto, ayant survécu au choc d’une collision arrière, périssaient prisonniers du véhicule en flammes. Face à ce problème, les concepteurs trouvèrent plusieurs solutions pour éliminer tout risque d’incendie causé par un impact arrière mineur (gaine de caoutchouc autour du réservoir, plaque protectrice entre le réservoir et le différentiel arrière, etc.). Le hic, c’est que dans la hâte de commercialiser le véhicule, la chaîne de montage avait été équipée en même temps que la conception du véhicule rendant ainsi tous changements de dernière minute extrêmement dispendieux à effectuer. Conscients des problèmes de la voiture, les dirigeants de la compagnie décidèrent quand même de mettre le modèle en vente.

- Essai en collision à une vitesse de 35 km/h - 19.2 ko
- Essai en collision à une vitesse de 35 km/h

Bien évidemment, une fois sur le marché, les accidents et les incendies de Pinto se multiplièrent. Et au lieu de rappeler les véhicules pour que des modifications correctrices mineures soient apportées ( l’installation d’une plaque protectrice de plastique entre le réservoir et le différentiel exigeait une dépense de 11$ pour la compagnie), les dirigeants préférèrent nier le tout en bloc. En brandissant le risque de perte d’emplois, ils réussirent même à retarder pendant huit ans la mise en application de la loi américaine (Motor Vehicle Safety Standard 301) qui aurait rendu la Ford Pinto illégale. La compagnie alla même jusqu’à utiliser des Pinto vendues au Canada qui devaient répondre à des législations plus sévères, pour fausser les résultats des tests exigés par le gouvernement américain. Dans les calculs qu’elle avait effectués (voir analyse coûts-bénéfices), un rappel aurait été plus coûteux que les dédommagements qu’elle aurait eu à verser aux victimes et à leurs familles. En estimant qu’elle lui en coûterait 200,000$US par victime, Ford s’était trompé monumentalement dans ses estimations et aurait eu tout avantage à rappeler ses véhicules. En 1978, un jury californien accorda la somme de 128 millions $US à la famille d’une victime : ce montant représentait plus de deux fois la somme que Ford avait prévue pour toutes les poursuites et règlements hors courts. Et finalement, après plus de 500 morts, Ford décida en 1979 de lancer une campagne de rappel.

Dans ces temps où la libéralisation et la déréglementation des marchés prennent de l’ampleur, nous pouvons nous inquiéter plus que jamais de la qualité des produits de consommation que l’on nous offre. Les législations nous offrent une certaine garantie concernant la qualité des produits en général, mais comme nous l’avons vu dans le cas de la Pinto : même si la voiture était conforme aux lois, elle n’en demeurait pas moins dangereuse. Il appartient aux consommateurs de rester vigilants et d’exiger des compagnies et des gouvernements plus de respect, car souvent, à l’exception de la mauvaise publicité, peu de raisons existent pour justifier une campagne de rappel. Les regroupements de citoyens et les recours collectifs sont aussi en mesure d’établir une relation de force avec les compagnies fautives. Dans le même ordre d’idée, Nissan et Ford sont présentement aux prises avec des problèmes qui pourraient exiger le rappel des modèles Altima et Focus 2003. Les deux voitures s’étouffent par grand froid, la première en raison de la formation d’humidité dans le réservoir d’essence et la seconde en raison de la formation de glace dans le silencieux qui empêche l’échappement des gaz.

Écrit par : Gregg | 27/07/2009

Les commentaires sont fermés.