20/10/2008

SOEUR EMMANUELLE N'EST PLUS...

Tandis que certains passent leur carrière à semer la haine, d'autres comblent leur vie d'entraide et de compassion...

Voilà un décès bien triste, contrairement à d'autres.

Soeur Emmanuelle, décédée dans la nuit de dimanche à lundi dans le Var, a partagé pendant plus de 20 ans la vie des chiffonniers du Caire et mené une lutte acharnée contre la pauvreté et l'exclusion avec un franc-parler et une vitalité qui lui ont valu une popularité durable.

Née Madeleine Cinquin le 16 novembre 1908 à Bruxelles dans une famille franco-belge aisée, Soeur Emmanuelle n'a jamais hésité à médiatiser ses "révoltes" en faveur des plus pauvres en France ou à l'étranger devenant un alter ego de l'Abbé Pierre, décédé début 2007.

Diplômée de sciences philosophiques et religieuses, elle prononce ses voeux de religieuse à la congrégation de Notre-Dame de Sion en 1931. Un an plus tard, Soeur Emmanuelle quitte l'Europe pour enseigner dans les missions des pays de la Méditerranée. Elle découvre la Turquie, la Tunisie et en 1965, l'Egypte.

En 1971, à l'âge de 63 ans, elle s'installe dans le bidonville d'Ezbet el-Nakhl, parmi les chiffonniers du Caire. Elle consacre alors toute son énergie à faire construire des écoles, des jardins d'enfants, des dispensaires et oeuvre pour le dialogue avec les juifs et les musulmans.

La religieuse, petite silhouette en blouse grise et baskets, a fondé en 1980 l'association Asmae-association Soeur Emmanuelle qui aide des milliers d'enfants dans le monde de l'Egypte au Soudan, du Liban aux Philippines, de l'Inde au Burkina Faso.

En 1993, à 85 ans, sur ordre de sa hiérarchie, Soeur Emmanuelle quitte l'Egypte et ses "amis les chiffonniers" pour prendre sa retraite en France.

La religieuse, qui aurait préféré mourir dans son bidonville du Caire, s'établit dans une communauté de Notre-Dame de Sion dans le Var. Elle consacre désormais l'essentiel de son temps à la prière et à la méditation mais lutte aussi pour venir en aide aux sans-abris et aux sans-papiers.

Soeur Emmanuelle, qui ne se voulait "ni de droite ni de gauche", a publié plusieurs livres, notamment "Richesse de la pauvreté" (2001), "Secrets de vie" (2000), "Yalla les jeunes" (1997), "Le paradis, c'est les autres" (1995). Elle avait publié en août dernier un livre entretien "J'ai cent ans et je voudrais vous dire", dans lequel elle tire les leçons du siècle qu'elle a traversé.

Elle devait célébrer son centième anniversaire le 16 novembre prochain.

Chez Bernard Pivot, Soeur Emmanuelle évoque les mots qu'elle aime et qu'elle déteste. "Il ne faut jamais s'arrêter dans la vie, il faut toujours courir, s'acharner."

Source: lalibre.be

15:28 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : soeur emmanuelle |  Facebook |

Commentaires

merci pour votre hommage. Et nous en sommes fièrs en Belgique, même si elle vivait en France depuis quelques mois. Une grande dame, non pas par la taille, mais mieux, par le coeur..
Cordialement

Écrit par : MichCiné | 20/10/2008

Très grande dame. Avec le coeur immense comme l'infini, comme certains (soeur thérésa, abbé Pierre, etc) elle aura marquer son millénaire.
Merci pour son hommage.
Amitié.

Écrit par : belge250 | 21/10/2008

"Tandis que certains passent leur carrière à semer la haine, d'autres comblent leur vie d'entraide et de compassion..."


Elle était tellement différente de toi gregg et de gens comme rogue ...
Paix à son âme !

Écrit par : diluvient | 21/10/2008

diluvient... tu dois être une bien petite personne dotée d'un bien petit esprit pour oser faire des comparaisons pareilles...
tu ne me connais même pas et tu te permets, sous le couvert de l'anonymat bien entendu, d'ironiser sur le dos d'une très grande âme.
Sois couvert de honte!

Écrit par : Gregg | 21/10/2008

un ange nous quitte ... "quand on éduque un homme, on éduque un individu, quand on éduque une femme, on éduque tout un peuple". c'est d'elle ça, comme quoi, féminisme et religion ne sont pas forcément antinomiques.
ça aussi, c'est une leçon...

Écrit par : visitor 2 blog | 21/10/2008

"Elle consacre alors toute son énergie à faire construire des écoles, des jardins d'enfants, des dispensaires et oeuvre pour le dialogue avec les juifs et les musulmans."
Cette femme s’est sacrifiée, par amour des hommes, pour répandre un peu d’humanité dans ce monde. Prenons tous exemple sur elle et non sur lui :

"Jörg Haider défrayait la chronique avec ses diatribes antisémites et avait vivement condamné la récente création en Carinthie d'un centre d'accueil de réfugiés."
Pourquoi devrais-je ressentir de la compassion pour un homme qui n’en a eu aucune envers ses semblables ? N’importe qui d’un tant soit peu humain serait dégouté d’un tel mépris pour l’humanité.

Écrit par : Rogue | 21/10/2008

Rogue là je te suis entièrement...et je préfère ces paroles avec explications et argumentation que des propos orduriers appelant (eux aussi...) à la haine et à la destruction.
Respectons l'homme en tant qu'être humain, pas ses idées.

Écrit par : Gregg | 22/10/2008

Je m’excuse de ne pas avoir l’hypocrisie de ces militants du FN qui crient au crime contre l’humanité parce que je ne rends pas hommage à la mort de leur grand copain Haider, alors que ceux-là même feraient crever le monde entier sans éprouver le moindre remord.

D’ailleurs, c’est en hommage aux millions de victimes dont ils sont coupables que je me réjouis d’un monde débarrassé de gens comme Franco, Hitler et bientôt Pinochet, dont les crimes sont tels que leur disparition est un véritable bienfait pour l’humanité.

Je ne vois absolument pas quelle honte je devrais ressentir à cela écrire cela.

Je respecte les hommes, moi : pas les monstres qui ont, en plus, le culot de se faire passer pour des grands humanistes.

Écrit par : Rogue | 22/10/2008

@Gregg... Sœur Emmanuelle

Je trouve les comparaisons entre Jorg Haïder et Sœur EMMANUELLE totalement déplacées sur votre blog !
Pourriez-vous, par respect pour la défunte, vous abstenir de tout commentaire politique?
Je pense que l’heure est plutôt au recueillement et à la modestie.
Que plus bel hommage que de s’incliner en silence devant cette « grande dame » ?

Écrit par : DROIT DE PAROLE | 22/10/2008

Par respect pour la défunte, je rends hommage à Sœur Emmanuelle pour le combat qu’elle a mené toute sa vie contre les injustices d’un système que certains politiciens veulent rendre plus inhumain encore.

Écrit par : Rogue | 22/10/2008

@Evelyne C'est vous qui faites une comparaison entre Haider et soeur Emmanuelle...où voyez-vous que je parle de Haider sur le post?
A moins que ce type ne soit le SEUL à semer la haine, je ne vois pas en quoi il est SPECIALEMENT visé.

Écrit par : Gregg | 23/10/2008

@Rogue pas de soucis, mais il ne faut pas s'abaisser à l'inhumanité qui caractérisela valeur de ces crapules.
je l'ai fait avant toi, et on dirait que ça les excite...
alors restons polis et posés...ils s'en lasseront.

Écrit par : Gregg | 23/10/2008

et là... Le Parlement européen a adopté jeudi un texte qualifiant de « crime contre le peuple ukrainien et contre l’humanité » la grande famine de 1932-1933 au cours de laquelle des millions d’Ukrainiens ont péri.

Dans ce texte voté à une large majorité, les européistes, réunis à Strasbourg, « reconnaissent » cette famine, connue sous le nom d’« Holodomor » (extermination par la faim) comme ayant été « un crime effroyable perpétré contre le peuple ukrainien et contre l’humanité ». Ils invitent aussi tous les pays de l’ex-URSS à « permettre un libre accès aux archives relatives » à cette famine afin que toutes ces causes et conséquences « soient révélées et étudiées en détail ».

Les Ukrainiens l’appellent “Holodomor” ou “l’extermination par la faim”. Le fléau qui s’abattit sur l’Ukraine sovietique au début des années 1930 et qui atteignit son paroxysme en hiver 1933 est aussi désigné sous le vocable de “famine artificielle” car le manque de vivres résultait de la confiscation par l’État communiste des denrées alimentaires indispensables à la population locale.

Différentes estimations évaluent le nombre de victimes à dix millions de personnes dont une majorité d’enfants en seulement 17 mois.

Par sa nature et son ampleur, la Grande Famine ukrainienne appartient à la catégorie de crimes que, suite aux atrocités de la Seconde Guerre Mondiale, la communauté internationale qualifia de “génocide” et condamna comme l’ultime crime contre l’humanité.

Les télévisions d’Etat occidentales n’ont diffusé aucune information l’année dernière sur le 75e anniversaire du génocide perpétré par l’Armée rouge, sur ordre de Staline contre le peuple ukrainien.

Pour commémorer la mémoire de ce peuple assassiné, de très nombreuses manifestations ont été organisées à travers le monde, en Ukraine en présence du président de la République Viktor Yushchenko, mais dans toute l’Europe et aux Etats-Unis. Le président ukrainien a appelé les autres nations à reconnaître ce génocide.

Source : Le Post

le communisme est toujours là sans changer de nom ...

Écrit par : visitor 2 blog | 24/10/2008

Comme je l'ai déjà dit, le communisme n'a pas l'exclusivité des génocides.
Je ne pense pas que ces commémorations n'aient pas été relatées par la presse occidentale à cause d'une pression "communiste".
Où veux-tu en venir exactement?

Écrit par : Gregg | 25/10/2008

Les commentaires sont fermés.