21/08/2007

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LETERME

leterme2
LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LETERME
Ainsi donc, Monsieur Leterme, vous n’avez, une nouvelle fois, pu cacher la haine méprisante que vous ressentez à l’égard de vos voisins francophones. Je n’ose dire compatriote car pour vous la Belgique n’est qu’une poubelle de l’Histoire abandonnée sur le trottoir de la Flandre. Cela fait longtemps, trop sans doute, que les francophones acceptent d’écouter les propos injurieux et mensongers des flamingants. Il ne faut pas exciter davantage les bêtes furieuses, mais trop de patience peut nuire à une solution équilibrée. Il est donc temps de répondre de manière pondérée mais ferme à votre discours fondé sur une vision faussée et mensongère de la Belgique et de ses habitants.
La Terre promise
Le Vlaamse grond représente le fondement idéologique du flamingantisme. Ceux de votre bord croient dur comme fer que la région occupée par la population flamande est un sanctuaire qui lui appartient depuis toujours et pour l’éternité. C’est oublier, un peu vite, que les populations actuelles de l’Europe du Nord proviennent des multiples invasions provenant d’Asie. Les peuplades germaniques, auxquelles appartient la population flamande, sont arrivées de l’est après les ancêtres des wallons et l’invasion a été stoppée à la frontière des forêts de l’époque, qui est, à peu de choses près, la frontière linguistique d’aujourd’hui. Ne me dites pas que cela n’est pas vrai. Un flamingant m’a dit récemment que nous avions eu la chance d’avoir des forêts pour nous protéger…L’esprit de conquête et de domination du peuple flamand n’est donc, semble t-il, pas une nouveauté.
Bref, la tribu germanique flamande est arrivée un peu tard et s’est emparée d’un territoire qui ne lui appartenait pas pour s’y installer et le considérer ensuite comme sa terre promise, son sanctuaire inviolable. Cette appartenance quasi mystique d’une terre éternellement réservée à l’homo flamandicus est donc une première déformation de l’Histoire.
La Belgique de Jules César
Les braves peuplades qui vivaient dans la partie septentrionale de la Gaule avaient, sans doute fini par s’entendre et devaient présenter suffisamment de traits communs pour que Jules César n’hésite pas à les appeler collectivement « Belgae ». Si pour vous, Monsieur Leterme, la Belgique est un accident de l’Histoire, ce fut alors un très ancien accident. Une chose me rassure cependant. Dans sa fameuse chronique « de bello galico » Jules César ne dit-il pas à propos des gaulois que « de tous, les belges sont les plus braves ». En réalité, les manuels ont extirpé la fin de la phrase qui se terminait par « mais sont aussi les plus bêtes ».En d’autres termes flamands et wallons étaient aussi stupides l’un que l’autre. Voilà une égalité qui ne doit pas vous faire plaisir, Monsieur Leterme, pas plus que l’existence lointaine d’une Belgique que vous semblez ignorer.
Jérusalem
De nombreux nobles flamands ont participé aux croisades et je ne doute pas qu’ils y ont fait preuve de hardiesse et de bravoure. Pas de chance, Monsieur Leterme, c’est un chevalier né à Baisy-Thy, un wallon donc, qui eut l’honneur de prendre la ville de Jerusalem en 1099. Plus personne d’autre ne réussit cet exploit une seconde fois. Vous le connaissez peut être. Allez, je vous mets sur la piste, il a hérité de terres dans les ardennes et y a bâti un remarquable château fort. Vous y êtes ! C’est bien de Godefroy (orthographe exacte) de Bouillon qu’il s’agit. Comme quoi certains wallons peuvent parfois se montrer courageux et téméraires. Au fait, savez vous quels étaient ses « chefs d’état major » ? Beaudouin II de Hainaut et …Robert II de Flandre. Vous ne vous souveniez pas ? Décidément, vous avez la mémoire sélective, Monsieur Leterme.
La bataille des éperons d’or
Ce haut fait d’armes est la victoire symbolique pour les flamingants de la supériorité des courageux vassaux flamands contre leur détesté suzerain, le roi de France. Voilà encore une présentation pour le moins déformée de l’Histoire car la bataille des éperons d’or n’opposait pas la Flandre à la France mais bien la Belgique à la France. Mais oui, vous ne rêvez pas, Monsieur Leterme, le comte de Namur et le Duc du Luxembourg ont participé avec leurs troupes à la bataille et certains historiens prétendent même que le comte de Namur était le commandant en chef des coalisés. Vous n’y croyez pas ? que soit…Vous ignorez, sans doute aussi, que deux années plus tard une seconde bataille eut lieu à Mons-en-Pévèle opposant une nouvelle fois la France à la Flandre aidée par les seuls namurois. L’issue de la bataille fut cette fois à l’avantage des français. N’ayez crainte, les manuels d’Histoire flamands n’en font jamais état, car l’histoire a été entièrement revisitée par les nationalistes flamingants. Comme nous allons le voir, ce n’est pas la seule falsification, loin s’en faut !
Les multiples occupations
Les troupes étrangères ont défilé pendant des siècles dans nos belles régions et, flamands comme wallons, ont été dominés par de multiples nations étrangères. Nous avons été français, espagnol, germanique autrichien, français à nouveau et finalement hollandais. Bien sur, il y eut quelques particularités intéressantes à signaler. Le premier roi de France fut un franc de nos ancêtres, un certain Clovis natif de Tournai. Cette ville, à l’histoire aussi riche que Bruges, fut aussi un certain temps sous domination anglaise. La principauté de Liège eut aussi une histoire différenciée des autres provinces belges. Je rappellerai que des villes flamandes comme Tongres ou Saint Trond firent partie, et de bon gré, de la principauté liégeoise. Une nouvelle preuve que les populations flamande et wallonne pouvaient vivre ensemble sans heurt et dans le respect réciproque. D’ailleurs, ces deux populations se retrouvèrent ensemble dans les provinces unies catholiques séparées des Pays-Bas réformistes. Que de parcours communs, vous ne trouvez pas, Monsieur Leterme ?
La dernière domination, celle du Prince d’Orange Nassau, ne fut pas au goût des belges. L’économie belge devenait vassale des hollandais et les anversois n’appréciaient pas particulièrement l’étouffement de leur port au bénéfice d’Amsterdam et surtout de Rotterdam.
L’indépendance de la Belgique
Le soulèvement de la population belge en 1830 ne fut donc pas, comme vous souhaitez nous le faire croire, un accident de l’Histoire. Bien au contraire, le mouvement indépendantiste toucha toute la population belge qui incluait le Grand Duché du Luxembourg actuel. Si ce mouvement naquit à Bruxelles et fut surtout soutenu par liège, il reçut l’approbation des autres régions dont aucune ne se rangea aux côtés des bataves.
Le choix de la langue nationale
Le choix d’une langue nationale s’imposait alors pour asseoir les structures administratives du jeune Etat. N’oublions pas que la conception de la gestion de l’Etat était forcément centralisatrice à cette époque. La décision fut prise par le premier parlement du royaume. Je vous entends déjà, Monsieur Leterme, rager contre le caractère purement francophone de ce parlement. Nouvelle falsification scandaleuse de la vérité historique ! Bien entendu, ce parlement était francophone pour la simple raison que nous étions à l’époque du vote censitaire et que donc seules la noblesse et la bourgeoisie avaient accès au pouvoir. Il se fait qu’à cette époque, les deux parlaient exclusivement français, la langue diplomatique européenne de l’époque. . Rappelez-vous, Monsieur Leterme, nous sommes en 1830. D’ailleurs les devises de pays non latins étaient parfois exprimées en français. Avez-vous connaissance, Monsieur Leterme, du « Je maintiendrai » hollandais et du « Honni soit qui mal y pense » anglais ?
Autre précision, la participation flamande au premier parlement belge équivalait à celle des bruxellois et wallons, mais elle n’est pas apparente pour les flamingants puisque les parlementaires flamands, bourgeois et nobles, étaient francophones. Les manuels d’Histoire flamands travestissent donc totalement l’Histoire en faisant croire que le français fut imposé aux flamands par les ancêtres des francophones actuels. C’est, en réalité, l’ensemble de la classe dominante qui choisit à l’époque la langue française sans que cela ne suscite de débats passionnés. Et pour cause car, dans le contexte de l’époque, ce choix était simplement logique. Comme je l’ai dit, le français était à l’époque la langue des classes dominantes non seulement en Belgique mais sur l’ensemble de l’Europe. On parlait même français à la cour de Russie. D’autre part, les classes inférieures ne parlaient, en Belgique, qu’une multitude de dialectes locaux. Il n’y avait à l’époque pas plus de langue flamande que de langue wallonne. La langue flamande fut unifiée bien plus tard sous le sigle ABN après des décennies d’effort. Ne vous en déplaise, Monsieur Leterme, il n’y eut pas de véritable choix, et le français ne fut pas imposé par la population wallonne à la population flamande mais bien par les classes supérieures aux classes inférieures, au sud comme au nord du pays.
La période industrielle
Au moment de l’indépendance, l’industrie wallonne était en plein développement grâce aux charbonnages et à la sidérurgie qui généraient à leur tour de multiples ateliers mécaniques. Ce fut une époque de gloire pour la Belgique qui devint la seconde puissance industrielle du monde. C’est l’époque où l’arlonais Lenoir inventait le moteur à explosion tandis que le liégeois Gramme inventait la dynamo. Deux inventions majeures pour l’avenir, vous en conviendrez Monsieur Leterme, provenant de wallons paresseux et imbéciles. C’est à cette époque aussi que les wallons allèrent initier les suédois à la sidérurgie. Si vous vous promenez à Stockholm, peut être flânerez vous, sans le savoir, dans la rue des wallons. Le savoir-faire wallon fut exporté au Moyen Orient, en Chine, en Russie qui s’équipèrent de centrales électriques et de tramways conçus et réalisés chez nous. Ceci ne fut possible que parce que la Belgique existait car nombreux furent les travailleurs flamands qui vinrent en Wallonie pour participer à cet essor extraordinaire. La qualité de leur travail et leur apport à l’économie belge sont reconnues sans conteste.
Bien entendu, me direz vous, tout cela était finalement au profit exclusif des francophones. Nouvelle ignorance des réalités ! Le premier chemin de fer belge – qui était aussi le premier sur le continent – fut crée sur la ligne Bruxelles-Malines, en Flandre donc. Le canal Albert, travail gigantesque compte tenu des moyens de l’époque, fut réalisé pour exporter l’acier wallon via le port d’Anvers plutôt que le port de Rotterdam pourtant facilement accessible. Savez vous que, lors de la négociation avec les hollandais au moment de l’indépendance, pour obtenir la libre circulation sur l’Escaut pour le port d’Anvers, la Belgique s’est engagée à fournir actuellement un quota d’eau potable aux Pays-Bas ? Ignorez-vous que cette eau provenait et provient toujours (car l’engagement est encore respecté aujourd’hui) de Wallonie ? Des industriels wallons ont initié l’exploitation des mines du Limbourg, Acec a ouvert une succursale à Gand, la fabrication ferroviaire a été développée à Bruges, Sidmar a été créé pour donner à la Flandre une industrie sidérurgique. La côte belge n’était à la fin du 19 ème siècle qu’une suite de petits villages de pêcheurs. Ce sont essentiellement des francophones qui ont développé les cités balnéaires de la Vlaamse kust. Le rayonnement économique de la Belgique allait permettre à Ostende de devenir « la reine des plages » comme Spa devenait la ville thermale à la mode. La ville flamande de Louvain, héritière d’un brillant passé, connut, pour la même raison, un nouveau développement avec la notoriété internationale d’une université au développement de laquelle les francophones participèrent plus qu’activement. Peut être avez-vous entendu parler du chanoine Lemaître, le concepteur de la théorie du big bang ? Il n’y a pas à dire, nous n’avons jamais manqué pas d’imbéciles en Wallonie.
Le développement industriel et culturel fut bien partagé durant cette période de gloire internationale et il serait scandaleux de prétendre que la prospérité de l’époque fut au bénéfice exclusif de la Wallonie. La Flandre fut, sans aucun doute possible, largement bénéficiaire de l’indépendance de la Belgique.
La révolution sociale
L’essor économique de la Belgique ne se faisait pas par clivage Nord-Sud mais bien par clivage de classes sociales. Le travail dur et souvent inhumain dans les industries lourdes situées en Wallonie allait générer la naissance du socialisme. Les ouvriers demandaient, à juste titre, un meilleur partage des richesses revenant jusqu’alors exclusivement à la bourgeoisie. Comme les dialectes wallons étaient plus proches du français que les dialectes flamands, les classes laborieuses eurent plus facile dans le sud à comprendre et parler un français, même approximatif, que les travailleurs du nord du pays. L’opposition se marqua donc, en Wallonie, par un socialisme politique basé sur la lutte des classes ou, si vous préférez, sur l’opposition patron-ouvrier.
Cette révolution sociale se développa également en Flandre. Un socialisme assez proche de celui de Wallonie se retrouvait dans le Limbourg minier tandis qu’un socialisme linguistique se manifestait partout ailleurs. Pourquoi ? Tout simplement, Monsieur Leterme, parce que la classe possédante flamande parlait français tandis que la classe dominée parlait l’un ou l’autre des dialectes flamands. Le français devint donc le symbole de l’ennemi dominateur et le clergé flamand, qui souhaitait logiquement l’émancipation du petit peuple industrieux, devint ainsi le fer de lance du socialisme linguistique à la base du flamingantisme. Le clergé, mieux éduqué que le peuple s’appuya sur la vieille lutte du comte de Flandre contre le roi de France pour donner à cette lutte une justification historique. Le clergé fut aussi à la base de la fondation de l’ABN qui allait permettre la création d’une véritable langue flamande. La bourgeoisie flamande se mit progressivement à parler flamand et pour garder son pouvoir vis-à-vis de la masse vindicative prétendit, c’est de bonne guerre, qu’elle avait été forcée à parler français depuis l’indépendance. Cette explication fallacieuse allait aviver le flamingantisme et créer les bases du problème communautaire belge. Pourtant, il y avait eu large interpénétration entre les deux communautés. A preuve les multiples Dewael ou autres Dewaal au nord du pays et les innombrables Flamand, Flament ou De Vlaminck résidant aujourd’hui dans le sud du pays. Il est d’ailleurs piquant de constater que les ministres les plus flamingants aujourd’hui s’appellent Anciaux, Dewael ou…Leterme. De notre côté nous avons une multitude de politiciens d’origine flamande comme Cools, Spitaels, Vanderbist, Van Cauwenberghe, Despiegeleer, Daerden ou autre Onckelinckx. Comme vous le voyez, Monsieur Leterme, la Belgique que vous vous acharnez à détruire est bel et bien une réalité.
L’influence allemande
Peu d’historiens ont étudié l’influence allemande sur le problème communautaire belge. Elle ne fut pourtant pas négligeable, loin de là. On a beaucoup parlé d’ordres donnés en français et incompréhensibles pour le soldat flamand lors de la bataille de l’Yser, mais il y a, en réalité, très peu de faits concrets vérifiés. Il faut dire que les ordres militaires dans une tranchée ne peuvent être d’une variété et donc d’une complexité extrême. Les services allemands avaient tout intérêt, à cette époque, à répandre de telles rumeurs visant à diviser l’armée d’en face. En jetant le discrédit sur des officiers parlant français, on avait la possibilité de décapiter l’armée belge et de récupérer la sympathie de soldats appartenant à la famille germanique. Une telle volonté de subversion est bien compréhensible en période de guerre. Aucune enquête sérieuse n’a jamais été faite sur le sujet.
Durant la seconde guerre mondiale, vos amis nazis ont déporté en masse les prisonniers belges. Les ressortissants flamands furent rapidement libérés tandis que les wallons devaient rester en Allemagne. Cette différenciation marquait clairement la volonté des services allemands de diviser la Belgique. On peut s’étonner qu’aucune voix ne s’est élevée en Flandre pour s’émouvoir du sort des compatriotes francophones…
Une religion de l’insulte
Comme vous, Monsieur Leterme, j’ai usé mes culottes sur les bancs de l’école catholique. Même si je n’en ai pas conservé une foi vibrante comme la vôtre, les braves prêtres et petits frères de l’époque m’ont fait découvrir les valeurs de l’humanisme, du respect des autres, de la charité. Visiblement, l’enseignement catholique était quelque peu différent au nord du pays. J’ai pu observer, à l’époque, les scouts flamands, dont la couleur de chemise évoquait de mauvais souvenirs, défiler en chantant AVV-VVK. Tout pour la Flandre (donc rien pour les autres) et la Flandre pour le Christ. Un rien intégriste avec un zeste d’égoïsme bien marqué. Cela rappelait quelque peu un certain « Gott mit uns » de mauvaise mémoire…
Nous avons eu droit aussi aux « Mars op Brussel », la Flandre réclamant une part de gâteau toujours plus grande. Cela confirme, en tout cas, que, depuis l’indépendance jusqu’au début des années 1960, le transfert financier fut plutôt dans le sens Sud – Nord. Ces manifestations orchestrées par un parti catholique rabique étaient agressives et franchement anti-francophones. Ceux qui ont vécu cela se souviennent de la présence d’un militant bien connu à ces marches de santé. Il s’appelait Maertens, Wilfried de son prénom, et fut plus tard plébiscité par les wallons (vous avez raison, nous pouvons être très bêtes) comme premier ministre ! Il ne fallut pas attendre longtemps pour entendre « Walen buiten » à la très catholique université de Leuven. Ce rejet de l’autre était d’autant plus scandaleux que celui-ci avait largement contribué à renforcer le rayonnement international de cette vénérable institution.
Mais le pire était encore à venir. Des associations flamandes comme le TAK ou le VMO (organisation paramilitaire s’il en est) créèrent des troubles un peu partout. Plaques indicatrices barbouillées, voitures françaises taguées à la côte belge, pardon la Vlaamse kust, n’étaient que le reflet « amusant » des brutalités perpétrées par ces voyoux dans certains villages. Les insultes volaient : « Fransquiljoenen, waalse ratten ... »enzovoort Ces chemises brunes participèrent aussi à l’annexion des Sudètes, je veux dire les Fourons. Ces villages d’origine totalement wallons avaient attiré de nombreux résidents hollandais, ce qui permit aux flamands de les considérer comme appartenant au Vlaamse grond. Pas question de se souvenir dans ce cas de l’historique de cette région. Tout l’inverse de la dialectique flamingante à Bruxelles…Personnellement, Monsieur Leterme, j’aurais admis volontiers que ces villages soient à facilités avec un maximum de respect et de tolérance, le nombre de résidents des deux langues étant d’ailleurs à peu près à parité. Oui, je sais, vous n’acceptez pas une telle tolérance à des endroits où des francophones sont en large majorité. L’amour du prochain que vous a dicté votre foi catholique, sans doute.
Le CVP s’est emparé du pouvoir et le poste de premier ministre fut littéralement séquestré par ce parti compréhensif et généreux. Les affaires économiques furent aussi réservées à des ministres flamands. Ainsi, les représentations ou missions à l’étranger furent essentiellement au bénéfice de la Flandre. Les investissements en infrastructures furent aussi largement profitables à Moeder Vlaanderen : autoroutes, aménagement des ports d’Anvers et de Zeebrugge, création de zonings avec incitants pour les investissements étrangers, partout la priorité était au nord du pays. Jamais dans le monde, je n’ai pu observer une telle disparité entre deux communautés. La main mise sur le pouvoir politique et administratif était d’autant moins justifiée que la proportion 57/43% devait normalement s’accommoder d’un partage plus équitable. Mais tout était justifié par la fable de la revanche contre les vilains francophones qui avaient imposé leur langue aux gentils flamands et qui d’ailleurs ne voulaient toujours pas se mettre à la langue de Vondel.
Parler flamand ?
Nous touchons là au leitmotiv des flamingants : les francophones refusent de parler leur langue. Traduisons : un million de francophones de Bruxelles et de la périphérie ne veulent pas perdre leur identité et se laisser absorber par la notion flamande. Je vous concède que ceci doit vous agacer, Monsieur Leterme. Quel surcroît de puissance n’aurait pas la Flandre si elle pouvait se rendre maître de la capitale de l’Europe ?
Eh, bien, Monsieur Leterme, je ne me débrouille pas mal dans votre langue mais j’avoue ne pas avoir envie de la parler. Aimeriez vous parler la langue d’une nation dont l’attitude est agressive et insultante à votre égard depuis des décennies ? Et puis à quoi bon ? Malgré la promotion de l’ABN les dialectes restent très vivaces. Il m’arrive toujours d’obtenir des réponses en dialecte lorsque, par respect et par politesse, je fais l’effort de parler néerlandais en Flandre. J’ajouterai que la réponse est parfois donnée avec un petit sourire narquois pour me faire comprendre que je suis un étranger à la race flamande. Je ne suis toujours pas capable de comprendre deux limbourgeois ou deux westhoekers parlant ensemble. Chose rassurante, un westhoeker ne comprendra pas mieux que moi le limbourgeois. Vous pensez évidemment que j’exagère. Et pourtant, lorsque je dirigeais un département au sein d’une multinationale, j’ai souhaité traduire une série de documents dans les différentes langues des pays dont j’avais la charge. Tout s’est très bien passé, sauf en néerlandais car je n’ai jamais pu mettre d’accord la clientèle flamande et néerlandaise sur des textes communs. Les corrections de plusieurs flamands divergeaient même entre elles. J’ai donc pris la sage décision de continuer la distribution de textes en Anglais pour les Pays-Bas et la Flandre. Par chance, les textes dans la langue de Voltaire furent agréés aussi bien par les Français que les Wallons. Aucun de ces derniers n’exigea des connotations de Liège, de Charleroi ou d’Houtsiploux.
Désolé, Monsieur Leterme, mais vous comprendrez que votre langue manque d’attrait, en grande partie à cause du comportement même des flamands.
Le refus de toute objectivité
Excédé par la hargne et le non-respect de certaines libertés, les francophones ont demandé un examen neutre et objectif d’une instance extérieure. Une envoyée de l’Union européenne vint examiner la situation et conclut à l’excellent traitement de la minorité flamande à Bruxelles et au mauvais traitement des libertés dans la périphérie de la capitale. Cet avis émanait pourtant d’une femme respectable dont l’objectivité aux yeux des flamands semblait garantie par sa provenance ethnique. Cette dame respectable était pourtant d’origine germanique.
Le rapport de l’experte de l’Union européenne ne plut évidemment pas aux ayatollahs flamingants et fut donc jeté aux ordures. Avec raison, car la réaction francophone fut tellement faible qu’elle en fut ridicule. C’est vrai, Monsieur Leterme, à force d’être conciliants, nos représentants sont souvent de grands imbéciles. Ce qui est réconfortant c’est que vous ne manquez pas d’être cons également. La repeinture des poteaux de signalisation en jaune et noir est un signe de votre obsession nationaliste qui ne manque pas de ridicule.
National socialisme et front populaire
Une analyse lucide de la situation permet de résumer le problème actuel de la vie communautaire en Belgique.
Le socialisme linguistique de la Flandre a tourné à l’obsession, orientée habilement par la bourgeoisie flamande contre les francophones de Bruxelles et de Wallonie. Cette prise de position a été exacerbée par les activistes de certains milieux politiques et confessionnels. Le milieu catholique flamand a engendré la haine et le mépris et a provoqué l’éclosion d’un national socialisme flamand, mieux connu sous le vocable de flamingantisme.
Comme Hitler, votre politique est essentiellement basée sur la haine, le mépris et l’insulte alimenté par une excuse de revanche, supposée juste et nécessaire. Comme Hitler, vous cultivez la religion de l’Ubermensch et de l’Untermensch. Comme Hitler, seule la prospérité de votre nation compte, fut ce au détriment des autres. Comme Hitler vous multipliez les mensonges et reniez vos paroles le lendemain d’un accord conclu. Comme Hitler, vous pratiquez la politique des petits pas jusqu’à obtenir la suprématie qui doit vous permettre d’écraser l’autre. Permettez-moi de ne pas trouver cela très…catholique.
Les succès répétés de la Flandre à chaque remise en cause de sa parole provoquant l’ouverture de nouvelles négociations est facilitée par la faiblesse de la Wallonie dominée sans partage réel par un parti anesthésiant visant à asservir les gens par l’assistanat en vue d’asseoir leur pouvoir. Il s’agit, ici aussi, d’un socialisme mais d’un socialisme mou que j’aurai tendance à appeler « socialisme de St Nicolas ». Avec l’ennui que la distribution des jouets commence par St Nicolas lui-même. Aucune chance de redressement en Wallonie tant qu’un tel parti sera omnipotent et que les autres partis se disputeront la « chance » de pouvoir l’accompagner servilement au pouvoir.
Vous l’avez compris, Monsieur Leterme, la situation belge ressemble à un scénario déjà connu : le national-socialisme contre le front populaire. Rassurez-vous, l’issue de ce conflit ne fait pas de doute, mais une probable victoire de la Flandre n’est pas éternelle. L’Histoire nous apprend que la fortune est changeante. Sachez que nous n’oublierons pas de sitôt la veulerie du catholicisme flamingant.
Et pourtant, l’avenir pourrait être meilleur et l’union ferait une meilleure force pour les deux communautés. Mais pour cela, il faut que l’électeur décide de mettre fin à deux univers carcéraux : la xénophobie raciste en Flandre et la servilité de l’assistanat en Wallonie. Est-ce encore possible ? Ce sera difficile et vous faites tout ce qu’il faut pour le rendre impossible. J’aime les gens constructifs, compréhensifs, respectueux, corrects ; je déteste les gens destructifs, égocentriques, haineux, menteurs. C’est pour cela, Monsieur Leterme, que vous me dégoûtez profondément. Allez boire votre vin de messe et lire votre évangile. Assurez-vous au préalable de la présence du sigle AVV-VVK sur sa couverture.
Je n’ai pas l’honneur de vous saluer, Monsieur Leterme, car je ne voudrais pas que, par hypocrisie, vous n’ayez la politesse feinte d’enlever votre képi. Il vous va si bien.
                                                                                                                                             Paul Cobut

11:43 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : lettre ouverte leterme |  Facebook |

Commentaires

... BRAVO !!!

Écrit par : martine | 21/08/2007

Admirable que dire de plus ? bravo aussi...

Écrit par : Jean-Pierre | 21/08/2007

Ben ma p'tite biloute on retse parfois sur sa faim quand on ne te lis plus pendant de longues périodes mais quand tu t'y remets, ça déménage!
Excellente analyse, tu devrais l'imprimer et la distribuer en toutes boîtes lors de ton prochain séjour à la côte.
Le seul problème c'est que tu vas avoir besoin d'un traducteur.
Si tu connais M.Cobut, ce dont je n'ai pas la chance tu devrais lui conseiller de demander une carte blanche dans un grand quotidien Flamand (si ce n'est déjà fait?)

Écrit par : Grand Sénéchal | 21/08/2007

ni dandgie d'tout ça parce que contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, la grande majorité des flamoutches ne sont pas séparatistes...et à la côte ils sont bien contents d'avoir des visiteurs wallons.
en plus ils comprennent très bien le frankiljoen...

Écrit par : gregg le rouge | 21/08/2007

On ne peut qu'apprécier ton article... Et j'apprécie particulièrement ce que tu mentionnes sur Tournai, il s'agit en effet d'un épisode de l'histoire belge qui est très peu connu par les non tournaisiens

Je voudrais seulement rajouter certains éléments...

1. Sans être rattachiste, je voudrais préciser qu'en 1830, les belges voulaient s'unir à la France (ou du moins que leur Roi devienne également le notre) mais que les grandes puissances de l'époque n'approuvait pas et ont voulu un état belge indépendant... C'est pour cette raison que Léopold 1er prit (fut forcé) de prendre pour épouse la fille du Roi de France.

2. Je n'approuve pas le fait que tu prétendes que tous les partis francophones sont des vassaux du PS... Certes, Joëlle Milquet et ses membres, voulaient (veulent?) une coalition avec le bourgmestre de Mons mais ce n'était pas le cas du MR...
Si le MR et le PS se sont alliés dans le passé, c'était dans le but entre autre d'écarter le CVP (devenu CD&V) qui était au pouvoir depuis la seconde guerre mondiale et dont les volontés séparatistes sont connues depuis plusieurs décennies, et avec lequel le PSC entretenait des relations beaucoup trop serviles...

Écrit par : Cyrille | 22/08/2007

cyrille merci pour ton intervention et tes remarques. Toutefois, sache que ce texte est l'oeuvre de Monsieur Paul Cobut, que je ne connais pas du tout.
J'ai aimé ce texte mais je ne l'approuve pas dans son intégralité, notamment en ce qui concerne le volet politique. A tes précisions à ce sujet j'aimerais ajouter que les relations CVP/PSC étaient plutôt fratricides car le PSC s'est vité détaché de son homologue flamoutch justement à cause de ses tendances séparatistes..."walen buiten" comme disait si bien Wilfried à la KUL...

Écrit par : Gregg | 22/08/2007

Pas mal, mais il faudrait le traduire en NL, ce texte s'adresse plus à eux qu'à nous, ce sont eux qui votent pour les partis séparatistes... enfin, je doute que cela serve encore à beaucoup, ça fait trop longtemps que les flamands sont sevrés de discours séparatistes. Une réponse énergique du monde politique francophones aurait été souhaitable mais peut être que certains se voient déjà "Président de la République Wallonne"...

Écrit par : Anne | 28/08/2007

je découvre ce blog en faisant une recherche sur notre bush national...

jolie synthèse, que j'aimerais pouvoir réciter de mémoire
lors d'échanges avec des flamands.

Vraiment dommage que ce texte n'existe pas en néerlandais, pour que les pratiquants de la langue de Vondel , et ne parlant pas français, puissent avoir un aperçu du "pourquoi" on est pas vraiment d'accord avec leur vision de conquête ultra-nationaliste un peu préhistorique...

Je parle mal le flamand mais si j'avais ce texte en flamand, les échnages avec " ceux" du nord seraient plus aisés.

Écrit par : Ericwi | 31/08/2007

pas eu le courage de tout lire... ...surtout quand on cite godefroy de bouillon comme un digne conquérant et modèle wallon que tout belge devrait suivre et que les flamands devraient admirer.

Moi, je veux bien qu'on se serve de l'histoire pour appuyer ses propos et qu'on recadre un peu ce qui a été dit (fin de la phrase de Jules César sur les belges), mais alors qu'on aille jusqu'au bout! Si les gens qui prétendent remettre les choses à leur place en rappelant certains faits historiques, autant qu'ils le fassent à fond! Sinon, ils ne valent aps mieux que les autres!

La question est: aurais-je le courage de terminer ce texte pour pouvoir continuer à raler? ou est-ce que j'épargne ça à mes nerfs?

Écrit par : Lily | 26/07/2008

Lily... comme tu es en position, tu devrais t'épargner cette pénible lecture, surtout par ce temps orageux.
je ne suis pas d'accord avec TOUT ce qui est écrit dans ce texte, mais je ne pouvais pas me paermettre de le modifier à ma guise sans l'accord de son auteur.
Autant vous dire que j'avais pas envie de la faire, quoi...

Écrit par : Gregg | 28/07/2008

Les commentaires sont fermés.