20/11/2006

VW: LE SCENARIO CATASTROPHE.

volkswagen

 

La suppression de plus de 2.000 emplois est possible à l'usine Volkswagen de Bruxelles, vu les objectifs de production annuelle qui seraient assignés à l'usine dans le cadre de la restructuration du constructeur automobile allemand, a indiqué ce lundi soir un délégué syndical.

Selon ce délégué du syndicat FGTB, citant des informations fournies par un responsable syndical belge qui a rencontré en Allemagne des responsables allemands du groupe, la production de l'usine pourrait être ramenée à "moins de 171.000 véhicules" par an. Ce qui entraînerait "la perte de deux équipes", soit "au moins 2.000 personnes", a indiqué le délégué, Erik van Tittelboom.

Si ce chiffre se confirmait, "ça veut dire qu'on va avoir une restructuration comme on n'en avait encore jamais eu jusqu'ici", a déclaré le délégué. Toutefois, il a ajouté que le responsable syndical ayant fait le voyage en Allemagne avait indiqué que la direction allemande n'avait donné aucun chiffre précis de suppressions d'emplois, et qu'il faudrait attendre la réunion mardi du conseil d'entreprise extraordinaire de l'usine pour avoir des informations précises.

(D'après AFP)

23:45 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... dans Général | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

Commentaires

Eh oui, ça chamboule beaucoup de choses hein quand une société s'y perd un peu... Quel (probable) dégat social !

Écrit par : Afilnit | 21/11/2006

c'est clair... mais tu vas voir, la faute va encore retomber sur la faute des pressions fiscales abominables, des salaires honteusement élevés, des syndicats oisifs et terroristes, etc.

Écrit par : Gregg | 21/11/2006

j'insiste! "la faute va encore retomber sur la faute" ai-je dit ci-avant...et bien oui! c'est pour insister sur les fautes!!!
Comment ça je suis de mauvaise foi???

Écrit par : Gregg | 21/11/2006

Pourquoi payer moins cher? Nenni!
La faute revient aux patrons cruels et bêtes qui possèdent des usines qui vont à plein rendement et qui par caprice décident de ruiner la vie des travailleurs en les envoyant au chômage. Après, ils jouissent.
Depuis, je fais comme eux. Le gros salaud que je suis! Je vais faire mes courses là où ça coûte moins cher.
Tu crois que c'est grave, Gregg?
Ouais, d'accord, je pourrais me faire plumer et ne plus manger qu'une seule fois par jour... ce qui aiderait bien les commerces que je ne fuirais plus...

Écrit par : Tony | 21/11/2006

la concurrence, l'arme des lâches car bien entendu tout le monde est libre (ou le devient) de choisir ses fournisseurs, ses ouvriers, ses employés, et même ses clients!
Mais pense bien que dans ta logique, lorsque les pays se seront tous mués en paradis fiscaux ou en terres de libertés immuables (tiens ça me rappelle quelque chose), les multi-boss s'en prendront aux travailleurs eux-mêmes!
Mais toi tu fais ce que tu veux, tu es libre...quant à moi je n'ai pas envie de travailler aux mêmes conditions qu'un thaïlandais, un laotien ou un tadjik pour permettre à un conseil d'administration de déjeuner au caviar.
Nous avons un problème avec l'argent des autres??? mais eux s'en foutent pas mal de la vie des autres alors FUCK OFF!

Écrit par : Gregg | 21/11/2006

La terreur est l'arme des lâches. Gregg, la concurrence une arme de lâche?
Donc, si ton chauffagiste travaille mieux et moins cher parce qu'il a pas compris l'histoire de la poule aux oeufs d'or, c'est un lâche? (En passant, relis-là cette histoire, ça peut servir...)
Tu flippes à l'idée qu'en tant que travailleur tu sois aussi maltraité que les esclaves dans les dictatures?
Bien, alors, ne donne pas les armes à ton super gouvernement pour t'opprimer. Abonde dans le sens d'un état réduit à sa plus simple expression et là tu seras sûr de ne jamais voir descendre de flicaille chez toi pour te tabasser et t'obliger.
Tes droits sacrés doivent être respectés sans condition!!! T'aime pas... je sais, t'aime pas.
***
Oublie les convenances, pense aux principes.

Écrit par : Tony | 21/11/2006

ouais, ouais, pas si sûr que ce soit aussi manichéen "Abonde dans le sens d'un état réduit à sa plus simple expression et là tu seras sûr de ne jamais voir descendre de flicaille chez toi pour te tabasser et t'obliger.
Tes droits sacrés doivent être respectés sans condition!!! T'aime pas... je sais, t'aime pas. "
Petite "anecdote" véridique : moi "ma grande gueule" je viens il y a peu d'être "priée" de la mettre en veilleuse. Et pas par l'état ou des politiques, mais par un groupe de presse (privé, conservateur, catho). Et quand je dis "priée", c'est obligée par la force d'un cabinet d'avocats, avec menace de procédure en dommages et intérêts et même de cour d'assises. Et oui, il s'en passe des choses à Namur. Parce que la presse soi-disant libre et indépendante n'aime pas qu'on la conteste et qu'on doute ou soupçonne ses agissements.
Ca ne vous rappelle pas les conservateurs berlusconiens?

Écrit par : deborah | 21/11/2006

un plombier pas cher? un plombier qui fait une promo sur son travail, c'est qu'il a besoin de pub parce qu'il est mauvais.
par ailleurs il n'y a pas que dans les dictatures que les droits ne sont pas respectés. On torture encore en Angleterre et aux Pays-Bas...

Écrit par : Gregg | 21/11/2006

aie aie aie! Deborah! Ça faisait longtemps, dis donc!
Presse libre en Belgique? Pour moi, libre signifie non subsidiée et non soumise au pouvoir politique.
Faut bien dire qu'en Belgique, tout est soumis au pouvoir politique... Exemple puant: qui nomme les juges? Donc...
Mais finalement, ils n'ont fait qu'aboyer. Pas sûr que si t'avais bombé le torse ils auraient mis leur blabla à exécution.

Le cas de Berlusconi n'est pas comparable au tien: 39 enquêtes ordonnées par des juges inquisiteurs. Ah! Oui, en Italie, un juge peut ouvrir une enquête sur n'importe qui parce qu'il en a envie et lui casser les pieds autant qu'il veut... pas besoin de plainte de qui que ce soit. C'est pas beau ça?
39 enquêtes, 39 descentes des sbires dans ses bureaux et habitations privées, 39 mises en garde à vue, interrogatoires pour sa famille et ses collaborateurs... et tout ça pour décourager le milliardaire de pousser le pays vers la sortie du marxisme. C'est pas joué d'avance!
Seul aspect récréatif: ça existe toujours les loosers quand un puissant se fait casser la gueule. Qui sait pourquoi?

Gregg: "un plombier qui fait une promo sur son travail, c'est qu'il a besoin de pub parce qu'il est mauvais"... c'est pas de pub qu'il a besoin, c'est de gagner sa vie ... en travaillant. La pub peut être vue aussi comme un appel au secours. Peut toujours crever le mec si tout le monde pense comme toi.
Le plombier, quand il a fini de déboucher ton évier... et bien tu le vires sans état d'âmes. Tu lui files son pognon et il dégage. Et s'il pleurniche et te dit que t'es son dernier client et qu'il veut faire un piquet de grève chez toi où il va entreprendre un grève de la faim... ou s'immoler par le feu ( :-) ), tes potes du syndics ne lui serviront qu'à se faire vider à coup de pompes dans le train... je me trompe?
Minghia, je m'amuse trop bien chez toi...
:-)))

Écrit par : Tony | 21/11/2006

bomber le torse? en fait j'ai trouvé que cela ne valait pas la peine de dépenser temps, argent, démarches et énervement sans compter que j'aurais peut-être dû - secret de l'instruction qu'on peut toujours opposer et revendiquer - in fine garder encore plus le silence. En l'occurrence j'ai effacé le commentaire en râlant fort et sec et j'ai gardé mon droit à la liberté d'expression (je dirai les choses plus intelligemment, mais je ne me tairai pas). Le chêne parfois s'écrase plus vite que le roseau.
L'actionnaire historiquement c'était plutôt l'évéché et son entourage de familles bien-pensantes conservatrices, maintenant un rassemblement de divers groupes.
Ceci dit il n'empêche qu'on a voulu me faire taire de force. Et donc que des groupes de pression, il n'y en a pas qu'à l'état.
A dire aussi:))) d'autres, dont un journaliste de la presse NON subsidiée (en clair financée par la pub et les petites annonces) a largement pris mon parti :)))

Écrit par : deborah | 21/11/2006

précision le "blabla" c'était quand même une mise en demeure envoyée par bureau d'avocats sous forme de recommandé réclamant exécution sous huitaine.

Écrit par : deborah | 21/11/2006

La pub peut être vue aussi comme un appel au secours. Peut toujours crever le mec si tout le monde pense comme toi. ben justement, t'aimerais bien que tout le monde pense comme ça, comme toi!
c'est ça la libre concurrence, la liberté immuable de laisser crever les autres parce qu'on les aime pas, parce qu'ils sont pédés, parce qu'ils pensent pas comme toi, parce qu'ils ont ri quand on a pendu silvio, etc.
Toi aussi tu m'amuses, capo!
;-)

Écrit par : Gregg | 21/11/2006

Berlusconi :)))))) Je ne me comparais pas au cas Berlusconi. Ce que je visais c'était simplement le fait d'être à la fois à la tête du pouvoir politique et au pouvoir à la tête des medias : c'était la concentration du pouvoir dans les mêmes mains.

Écrit par : deborah | 21/11/2006

Faux! Deb.
La tête des médias est et reste la RAI. Berlu est riche mais pas autant que le stato italiano...
Concentration du pouvoir? L'Italie reste une démocratie. Sinon, comme dans toute dictature, les opposants sont exterminés ou garés dans les goulags. Et aucune possibilité de retour de l'opposition aux avants postes politique n'est laissée...

Gregg: j'ai dit que je n'aime pas les homos ou ceux qui ne pensent pas comme moi? J'ai dit ça?
Alors, qu'est-ce que je ferais ici, sur ton blog?
Allons, allons, as-tu déjà manqué de mon affection?
:-)

Écrit par : Tony | 21/11/2006

dans la concentration de pouvoir il y a des gradations. Je n'avais quand même pas comparé l'Italie à une dictature.

Écrit par : deborah | 21/11/2006

Tony... ...c'était une image...et puis j'étais en pleine digestion, donc irritable ;-)

Écrit par : Gregg | 21/11/2006

c'est pas possible !!!!!! me dite pas que c'est la même deborah que sur le blog de cet ancien politicien namurois tombe dans l'oubli ???

Écrit par : eric | 22/11/2006

sais pas moi... il y avait vraiment des politiciens à namen?

Écrit par : Gregg Le Rouge | 22/11/2006

Les commentaires sont fermés.