27/03/2006

LE CPE EN QUELQUES QUESTIONS (& REPONSES)

Le nouvel ordre social prend soin de nous, pauvres ignorants du CAC 40.

Le CPE : une entrée privilégiée dans le monde du travail. Le nouveau modèle social est un club privé. C’est un privilège d’avoir un travail merdique, parce que l’assistanat, la solidarité, les dépenses sociales abusives, qui ne servent pas le patronat, pèsent sur l’enjeu économique de la France. Et le premier ministre et le gouvernement entendent bien"mener une action durable et approfondie pour concilier la nécessaire sécurisation des salariés avec la recherche de la compétitivité et le renforcement de notre économie." Ca , c’est de la lutte contre la précarité !


En tapant "Manif du 7 février 2006" sur le net, voila-ti pas qu’apparaît en liens commerciaux « Emploi des jeunes, Non au chômage, Oui au CPE : signez la pétition » !
Un spécialiste s’exprime en faveur du CPE en s’auto-interviewant de lui-même, de son plein gré :

Première question : Le gouvernement a décidé d’agir pour lutter contre le chômage des jeunes, le CPE est-il selon-vous, la réponse que la jeunesse attendait ?

« Agir pour lutter contre » ?! Deux verbes, rien que ça !
Et pourquoi pas simplement dire : le gouvernement a décidé de lutter contre le chômage ou ... d’agir contre le chômage. Eh non ! Parce que cela signifierait qu’il n’y fait rien jusqu’à présent. Et comme le révèle la réponse qui suit :

-   « le chômage est un problème complexe qui ne peut se régler d’un coup de baguette magique. On aurait réglé le problème depuis trente ans. »

Et hop, voila un coup de baguette magique pour dégager en deux phrases le problème complexe qu’est le chômage dans la trappe-à-oubliettes, et faire place au CPE qui, lui, est doté de tous les pouvoirs pour faire courir les entreprises avec "des semelles de vent" et non pas avec des "semelles de plomb" (dixit P.de Villiers).

Mais pour les jeunes ?...

« Le CPE n’est pas la réponse miracle, mais permet une entrée privilégiée dans le monde du travail. [...] le CPE est un vrai contrat de travail [...] avec un vrai salaire [...] qui donne lieu à une activité professionnelle à part entière, [et il] répond à une réelle attente de la jeunesse . »

Ouais, surtout il répond à une réelle attente du patronat !

-  C’est bien pour cela que l’organisation patronale "Croissance plus" et la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) ont salué la mise en place d’un nouveau contrat de travail pour les jeunes. Pour "Croissance plus", la création du CPE permet une « double avancée » en « contribuant à lutter contre le chômage endémique qui touche les jeunes » et « à adapter le Code du travail aux règles économiques qui gouvernent les entreprises. »

Josselin de Rohan, président du groupe UMP au sénat :« la réforme globale du contrat de travail, la réforme du financement de la Sécurité Sociale, celle du régime des heures supplémentaires, démontrent que le premier ministre et le gouvernement entendent mener une action durable et approfondie pour permettre à la France de concilier la nécessaire sécurisation des salariés avec la recherche de la compétitivité et le renforcement de notre économie. »

C’est ça, il faut surtout bien les tenir en main, les salariés. Maîtriser, sécuriser la vanne de la "trappe-précarité" pour alimenter les entreprises et le Medef. « Puisqu’assouplir le droit du travail est aujourd’hui un objectif vital pour le pays... L’enjeu est tout simplement d’adapter notre modèle social aux réalités. »

La "trappe-à-précarité" est un immense réservoir humain, corvéable, maniable, influençable, jetable, manipulable à souhait pour la classe dominante.

« Adapter, le modèle social aux réalités », ça fait rêver. La voilà, la réelle attente de la jeunesse : s’adapter aux règles économiques qui gouvernent et pourrissent nos vies, le monde, la planète entière.

(JPEG)

13:15 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.