18/01/2006

ENFIN UN PEU DE BON SENS...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les eurodéputés, doivent voter aujourd’hui sur le projet de libéralisation des services portuaires, un texte qu'ils ont vivement critiqué hier et qu'ils devraient vraisemblablement rejeter.
"Je crois que ce texte a sa place dans les installations destinées aux déchets portuaires et j'espère que c'est là où il aboutira une fois que nous l'aurons rejeté demain", a déclaré le socialiste Willi Piecyk à la veille du vote sur cette directive.
"Je n'ai pas entendu un seul argument qui justifie qu'on mette en danger tous ces emplois" dans les ports européens, a-t-il ajouté.
"Nous nous acheminons vraisemblablement vers un rejet. Même au sein de notre groupe, il y a beaucoup de critiques", a estimé de son côté Marianne Thyssen, du Parti populaire européen (PPE, droite), groupe le plus important dans l'hémicycle et l'un des plus favorables à une ouverture à la concurrence du secteur.
"Si vous rejetez complètement la proposition de la Commission, aussi bien l'aspect concurrence que l'aspect transparence (...), cela créera une incertitude en matière juridique", a tenté de faire valoir le rapporteur du texte Georg Jarzembowski, appelant ses collègues à ne pas se "laisser impressionner par les manifestations".
Lundi, plusieurs milliers de dockers ont manifesté devant le Parlement à Strasbourg, blessant douze policiers et provoquant "plusieurs centaines de milliers d'euros" de dégâts au bâtiment européen.
Des débordements dénoncés par plusieurs députés, qui ont évoqué en termes variés une "minorité d'excités" ayant "dépassé les bornes" et un "mépris pour la démocratie".
"Ces actions stupides ne doivent pas nous détourner des véritables objections des dockers", a tempéré le Vert Joost Lagendijk.
Les dockers --55.000 à 60.000 dans l'UE selon les syndicats-- dénoncent surtout dans le projet le principe de l'"auto-assistance", qui permettrait aux équipages des navires de charger et décharger eux-mêmes, contournant ainsi les services fournis habituellement par les dockers.
Ils craignent que cette disposition n'ouvre la porte au dumping social dans ce secteur, les équipages étant employés parfois dans des conditions sociales bien moins favorables que celles pratiquées dans l'UE.
Le Parlement européen s'est déjà prononcé contre l'auto-assistance en rejetant en novembre 2003 la première proposition de directive sur les services portuaires.
Mais l'ancienne commissaire européenne aux Transports Loyola de Palacio était ensuite revenue à la charge en présentant une nouvelle version, trop similaire à la précédente, selon les eurodéputés.
"Quand le Parlement a rejeté le premier paquet, la Commission européenne nous a transmis un nouveau paquet avec une nouvelle couche de vernis. Malheureusement le paquet contenait la même chose que le précédent", a ainsi dénoncé Mme Thyssen du PPE.
Certains députés, rejetant le texte en l'état, ont malgré tout souligné la nécessité d'une directive sur les services portuaires et la politique portuaire en général.
"Je suis partisan d'une libéralisation générale des marchés et des services portuaires. Mais je ne peux malgré tout pas être favorable à cette proposition parce qu'on veut uniquement aborder les services à l'intérieur des ports, pour favoriser la libre concurrence, sans aborder certaines pratiques contraires à la concurrence entre les ports européens", a ainsi déclaré Josu Ortuondo Larrea, du groupe des libéraux.
Le commissaire européen aux Transports Jacques Barrot, jugeant "excellentes" certaines améliorations envisagées par le Parlement, a de son côté pris ses distances avec le texte proposé, en assurant qu'il tirerait "toutes les conséquences nécessaires du vote" de mercredi qui s'annonce négatif.

13:13 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

INFO BELGA Le Parlement européen a rejeté mercredi la proposition de directive européenne sur la libéralisation des services portuaires. Par 532 voix pour, 120 non et 25 abstentions, les eurodéputés ont approuvé mercredi midi une motion rejettant le texte législatif dénoncé par les dockers européens et critiqué par une large majorité des députés européens. C'est la deuxième fois que le Parlement européen repousse une proposition de la Commission visant à libéraliser les services portuaires européens. (GFR)

Écrit par : Pulitzer | 18/01/2006

Intérêt economiques et politiques Malheureusement sortir la région du marasme économique actuel passe par des choix politiques. Entre la société de consomation et société de consolation il faut choisir. Toutes les écoles de commerce du monde, toutes les études historiques montrent que certains sytèmes ne sont pas créateur de richesse. A trop vouloir consoler on créé une masse de gens enclin à l'immobilité, qui plus est on crée une injustuce par rapport aux "electrons actifs" et quand c'est des dockers, des routiers ou des agriculteurs (des ouvriers quoi) c'est sûr que cela doit vous faire peur.
La première étape du plan Marshall serait de mettre le PS au passé.

Écrit par : Méli | 19/01/2006

Intérets personnels plutôt C'est sur que quand on tient compte des études d'écoles de commerce qui basent toutes leurs théories sur l'enrichissement par l'exploitation du travail des autres, ya de quoi avoir peur des mouvements de masses populaires, surtout quand on a la prétention de devenir golden boy, qui est quand même l'élite de gestionnaires des sociétés les plus lucratives. Etre créateur de de richesses, tout un programme !!! Mais créer un petit cercle "people-élite" n'empêchera pas de se prendre un coup de tournevis dans le dos pour 50 euro par un paufff kett qui n'était pas générateur de richesses, encore moins bénéficiaire, mais qui est tout simplement né au mauvais moment et au mauvais endroit .
Trop de "gestionnaires diplomés" ( qui gagnent automatiquement le prix scolaire " Imbus de sa personne" ) n'ont aucune notion (malgré toutes leurs études ) de la différence élémentaire qu'il y a entre système créateur de richesses et système créateur de bien être et d'égalité.
De toute façon, faut aller chercher le pognon ou il se trouve, quelque soit la manière a utiliser . C'est ça aussi les écoles de commerce.
Enculés de leur race.

Écrit par : Mélo | 19/01/2006

boute et ferme-la! ce qui est sidérant également, c'est que lorsque des ouvriers se battent pour pouvoir conserver leur tartine, c'est tout de suite perçu par le patronat comme un "immonde chantage", inadmissible parce qu'on ne mord pas la main qui vous nourrit, et tout ça au nom de Saint Profit et Saint Bénéfice.
Alors une bonne fois pour toutes, exiger de conserver SON droit de propriété, refuser de divulguer COMMENT on est devenu si puissant, tout ça au nom d'une LIBERTE qui n'appartient jusqu'à présent qu'aux RICHES, c'est tout simplement CRACHER DANS LA GUEULE des gens qui n'ont rien, parce qu'ils n'ont jamais rien eu, et surtout pas un quelconque DROIT DE PROPRIETE.
Fuck off!

Écrit par : Gregg | 19/01/2006

C'est a moi que t'en as ? Faudrait savoir ?

Écrit par : Mélo | 19/01/2006

bi non hein "boute et ferme-le" c'est le credo que semblent imposer les magnats industriels à leurs ouvriers...

Écrit par : Gregg | 19/01/2006

et alors... ... mélo, on se sent attaqué.

Écrit par : Moi!! | 19/01/2006

bi non hein.... J'connais la musique, attaqué,moi, par qui ? Je laisse ça aux autres, j'aime taquiner la blogmastair .

Écrit par : Mélo-man | 19/01/2006

Les commentaires sont fermés.