24/11/2005

BOLKENSTEIN...suite et pas fin.

La directive Bolkenstein n'est pas morte. Vendredi, la porte parole de la Commission européenne a tenu à mettre les points sur les "i", histoire de calmer les cris de victoire de tous ses opposants. Mercredi, à l'occasion de la présentation de son programme pour relancer la stratégie de Lisbonne, le président de la Commission, Jose Manuel Barroso, avait annoncé que le texte serait revu. Mais revu ne veut pas dire condamné. Et la Commission entend bien éviter tout malentendu

Le recul de la Commission a suscité l'enthousiasme. Pour le PS, Elio Di Rupo estimait que la Commission venait de signer la condamnation à mort de ce projet de grand marché des services. La France, qui avait réclamé sa remise à plat, y voyait sa victoire. Vendredi, la Commission a manifestement tenu à remettre les pendules à l'heure.

La directive "Bolkenstein" permettrait aux entreprises d'offrir leurs services dans n'importe quel pays de l'Union, sans autre obligation que d'être en règle avec les lois de leur pays d'origine. Pour les opposants, c'est la porte ouverte au dumping social. Et cela fait peser une menace sur des secteurs d'intérêt public comme la santé, l'éducation ou la culture qui devrait affronter la concurrence. Mais la Commission l'a répété vendredi, le grand marché des services est indispensable à la relance de Lisbonne. Il pèse plus de la moitié du PIB de l'Union et un bon 60% de ses emplois. Bref, il n'est pas question de faire marche arrière et d'enterrer le texte. Tout au plus sera t-il aménager pour tenir compte des oppositions au Parlement européen et dans certains Etats membres.

Les opposants voudraient que l'Union s'emploie d'abord à harmoniser les règles de fonctionnement de ces services, comme elle l’a toujours fait jusqu'ici, notamment pour la libéralisation des télécommunications ou de l'énergie. Mais ce processus est long, très long, et la Commission très pressée ...

____________________________________

Autrement dit, l'Europe anti-sociale est bien en marche...

 

A ceux qui pensent "ceux qui sont contre ne veulent pas accepter l'évolution et sont conservateurs" n'ont rien compris et comprendront un jour, mais sans doute sera t-il trop tard!

Messieurs les capitalistes, crevez donc avec vos liards, et si il vous en manque pour étouffer, en bon gauchiste je pourrai vous en donner (et pas vous en prêter).

à bon lecteur, bonne soirée.


19:38 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Gregg Minghia mais t'es bouché ou quoi?
Depuis que tu te chamailles avec moi, tu devrais le savoir que le social ça ne marche pas, ça n'a jamais marché...en fait, ce n'est pas fait pour marché...
Dis, au fait: rassure-moi: t'as pas de garage, hein non!
;-)

Écrit par : 1789 | 24/11/2005

ben non ma voiture passe la nuit dehors...pourquoi?

Écrit par : Gregg Le Rouge | 24/11/2005

mais sérieusement, tu dis que le social ça ne marche pas, mais tu te bases sur quoi pour dire ça? sur ce que tu vois? sur ce qui se passe autour de toi? ok, vu comme ça le social ne marche pas et ne marchera jamais.
Ca ne marchera jamais tant que le socialisme sera utilisé par des carriéristes. En effet, le but du socialisme est l'effondrement de lui-même lorsqu'il ne servira plus à rien. point.
Quant au capitalisme que tu vénères, donne moi des exemples qui fonctionnent ou qui ont fonctionné...mais n'oublie pas qu'un jour tu m'as dit que tes buts étaient aussi l'égalité et la justice pour tous.
Nos discussions pourraient durer des années, parce que nous sommes deux convaincus. Mais y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...penses-y! ;-))
bonne journée à toutes et tous!

Écrit par : Gregg | 25/11/2005

Inutile de dire ... que je partage entièrement ton avis, Gregg

Écrit par : Jean-Pierre | 25/11/2005

Mais y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis... nous partageons au moins cette opinion...

Écrit par : 1789 | 28/11/2005

L'Europe anti-sociale... J'crois qu'elle est en marche depuis très longtemps. En tout cas, en 76, sur le pas de la porte du café la Régence, on en discutait déjà avec nos profs... Et pourtant, elles ne s'appelaient pas Mme Irma...

Écrit par : Pivoine | 01/12/2005

Sauf votre respect... Je craindrais sérieusement pour ma voiture si je la laissais dehors... En cas d'émeute... OK, je sors...

Écrit par : Pivoine | 01/12/2005

Les commentaires sont fermés.