31/07/2005

UNE BONNE CHOSE...

L’IRA a annoncé qu’elle renonçait à la lutte armée et qu’elle était prête à démanteler son arsenal militaire. Sa déclaration historique pourrait relancer le processus politique en Irlande du Nord, engagé avec l’accord du Vendredi saint en 1998 mais qui est en sommeil depuis deux ans. L’IRA demande à ses militants de poursuivre l’objectif de la réunification de l’Irlande et de la fin de l’autorité britannique sur l’Irlande du Nord par des moyens uniquement politiques.

Pendant la campagne pour les législatives du 5 mai. Gerry Adams, président de Sinn Féin, la formation politique proche de l’Armée républicaine irlandaise, avait appelé la direction de l’IRA à prendre cette initiative. Celle-ci avait déclaré un cessez-le-feu en 1997.

La semaine passée Gerry Adams a décrit la décision de l’IRA, annoncée à Londres, à Dublin, ainsi qu’à Bruxelles et à Washington, comme « un défi » aux républicains, aux loyalistes et aux gouvernements de la Grande-Bretagne et de la République irlandaise. « J’appelle tout le monde à lire attentivement ce que l’armée a à dire, et à rester uni et loyal », a déclaré Gerry Adams.

« Le communiqué de l’IRA sera un défi pour les autres aussi, notamment... les unionistes », partisans de la Couronne britannique en Irlande du Nord, a-t-il ajouté. Les Unionistes - surtout ceux du genre du révérend Ian Paisley, protestant acharné de la vieille école et, depuis les législatives, chef de cette tendance - sont farouchement opposés à l’idée que les républicains représentés par Sinn Féin puissent partager pleinement le pouvoir à Belfast. Paisley qui, dans les circonstances politiques actuelles, devrait accepter de présider un gouvernement avec un représentant de Sinn Féin comme premier adjoint, a annoncé maintes fois qu’il ne voulait pas de « papistes » ni de « terroristes » à sa table.

Il faudra voir comment les unionistes vont vivre avec la nouvelle réalité, qui devrait relancer les activités de l’Assemblée actuellement suspendues, et suivre également si l’IRA va accepter de renoncer à son rôle de policier, parfois brutal, dans les quartiers catholiques.

L’IRA (ou plutôt « l’IRA provisionnelle », connue sous le sobriquet de « Provos ») date de 1970, époque des années les plus dures de la répression britannique en Irlande du Nord. C’est alors que le gouvernement de Londres avait introduit l’internement et la garde à vue indéterminés, une politique peu rentable et depuis longtemps abandonnée.

Pendant les années des « troubles », plus de 3 000 personnes sont mortes, victimes de l’IRA, des paramilitaires loyalistes et de l’armée britannique. Tout le monde a dû enfin reconnaître que la guerre ne pouvait rien résoudre, et le gouvernement britannique, par la voix de John Major, premier ministre conservateur à l’époque, a déclaré que maîtriser l’Irlande du Nord ne représentait plus un intérêt stratégique pour Londres.

La politique du « tirer pour tuer » et du tout-répressif ne peut que faire le jeu des terroristes islamistes en Grande-Bretagne, a affirmé Marion Price, qui avait posé les premières bombes de l’IRA à Londres, dans les années septante. « La répression en Irlande a été le meilleur agent recruteur de l’IRA », a assuré à l’AFP Marion Price, cinquante et un ans, aujourd’hui associée à l’aile politique d’un groupuscule républicain dissident.


16:21 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Encore une diversification atypique comme d'hab'

Écrit par : Tatanka | 31/07/2005

Serments, signatures et promesses... Cher Gregg,
Ferais-tu confiance en la signature de l'IRA...
Moi pas!
Ca me fait penser au désarmement des palestiniens: des groupes autonomes sabotent les accords passés...
Ca me fait penser aux Serbes qui ne feraient rien à Sebreniska...
Ca me fait penser à des ivrognes qui arrêteront de boire "demain"...
L'espoir fait vivre.
Amitiés.

Écrit par : Armand | 31/07/2005

oui j'y crois.

Écrit par : Gregg | 01/08/2005

Moi, je veux y croire Mais sans doute suis-je un incorrigible optimiste...

Écrit par : Jean-Pierre | 01/08/2005

i croire ou pas... moi j'espère seulement qu'ils tiendront leur engagement mais...j'espère aussi qu'au moindre incident , "on" n'en profitera pas pour relancer la machine en faisant de fausses revendications au nom de l'ira...
oui oui ca c'est déjà vu ! j'ai vu ca dans un film et c'est m'a hyper choquée.
Pour faire croire un attentat d'intégristes, les services secrets avaient eux-mêmes et selon les méthodes de ce gropuscule, fait exploser une bombe.
Média s'en empare et berdaf pour l'opinion publique.
vous comprenez?
Désolée mais je rentre de congés et j'ai encore la tête dans les étoiles !

Écrit par : gride | 01/08/2005

slt a toi l'ami.
sache une chause (serments signature...) tu a TOUT a fait raison. L IRA est toujour la est le sera pour tjr. j'ai de la famill en irlande du nord qui a vécu pendant les trouble. ert je peux ta garentir quell est toujour présente. en minorité certe mais toujour la.sé sur que la majorité des irlandais du nord sont pour un accord de paix entre les peuple mais au moindre insiden britanique des volontaire s engagerons et sa je le sais. IRA d aujourdui connus sur le nom de continuity IRA a environ 1500 membre mais est toujour aussi bien organisé. fo pas les sous estimé
CIAO

Écrit par : IRA | 10/06/2007

Les commentaires sont fermés.