25/04/2005

MAIS QUI EST DONC MARCOS? (2ème partie)

C'est le premier enseignement du sous-commandant Marcos. Dans le temps capté au fin fond de la jungle, le réel relève simultanément du mythe et de l'histoire. La légende nourrit l'action qui se mêle au rêve. C'est dans l'exercice d'une autre durée, endogène, que l'armée zapatiste a puisé et s'est constituée en force de changement. S'identifier à l'archétype de Zapata n'est donc pas un enfermement dans le passé, bien au contraire, il rend possible une transformation sociale. Voici la grande rupture avec la vision progressiste. Quant à la "gauche d'aujourd'hui", perdue, "cynique", elle est devenue "fan du néolibéralisme".

La deuxième phase de la formation de l'armée zapatiste (1986-1989) est celle du ralliement de la paysannerie. C'est un problème très délicat pour le groupe fondateur qui manque de soutien et pour qui, jusqu'alors, " la population était un fantôme ". La méfiance des maquisards est justifiée par l'existence d'un autre fantôme qui les suit de longues années, celui du Che en Bolivie, avec pour corollaire le " manque d'appui de la paysannerie locale à une guérilla artificielle ". Mais Marcos réalise ce qui manquait au Che, une symbiose avec la réalité culturelle amérindienne.

Administré aux paysans même à dose légère, le pathos dénonçant l'impérialisme passe mal: "ta parole est dure" rétorquent les principaux intéressés. D'où la nécessité de développer une qualité d'écoute. L'historien est devenu entre-temps anthropologue, il converge vers l'approche de la théologie de la libération. Et lorsque les guérilleros "prennent" leur premier village, les habitants sont frappés par le fait que les rebelles viennent de la montagne, et non de la ville. Un lien mystique établit la concordance des récits immémoriaux accréditant cette venue avec la légende de Zapata.

"Nous sommes le produit d'une hybridation ou d'une confrontation dont nous sommes et, c'est tant mieux, sortis vaincus". C'est le deuxième enseignement du sous-commandant Marcos. Il procède au renoncement de la vision dogmatique marxiste, doublé d'une immersion dans une culture à la mythologie fertile.


08:47 Écrit par Gregg Le Rouge - La Lutte Continue... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Marcos ? Moi je connaissais Carlos ou Demissroussos mais pas Marcos...

Écrit par : Couzz | 25/04/2005

Les commentaires sont fermés.